Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

La commission européenne sera t-elle pro-européenne, ou pro-chinoise ?

Mar 13/07/2021   —   L'interdiction des essences est en discussion.
Dacia Spring électriqueDemain, la commission européenne de Bruxelles va dévoiler son programme pour réduire les émissions de CO2 de l'union, et décarboner l'économie. L'objectif est une réduction de 55 % d'ici 2030. Beaucoup d'idées sont sur la table, dont l'interdiction de vente des véhicules essence et diesel, qui pourrait intervenir à l'horizon 2035. On parle aussi d'une refonte de la taxe carbone, pour qu'elle soit beaucoup plus aggressive, avec conséquemment un impact sur les prix. Mais si on se limite à l'interdiction des véhicules thermiques, on ne peut manquer de voir que cela aurait des impacts dramatiques sur l'emploi. Des dizaines de milliers d'emplois qui ne pourraient être remplacés, alors que - il ne faut jamais cesser de le rappeler - il y a le biogaz, l'éthanol, le biodiesel, et l'essence synthétique, plusieurs carburants renouvelables qui peuvent faire durer les moteurs à combustion éternellement. Sans oublier que l'industrie européenne est au meilleur niveau mondial pour les moteurs à combustion interne, et que sa supériorité est beaucoup moins grande dans les propulsions électriques.

Le plus important selon nous est le contrôle aux frontières, parce que si l'Europe fait des efforts, on constate hélas qu'il n'en va pas de même dans le reste du monde. La Chine rejette désormais plus de CO2 que tous les pays de l'OCDE réunis. Et la Chine ne prévoit aucune réduction de ses émissions globales avant 2030. On ne fait rien pour contrer cela, au contraire, puisqu'à côté des marques automobiles chinoises qui commencent à s'implanter en Europe, les constructeurs européens, BMW, Dacia et DS vendent désormais des voitures importées de Chine. Alors plutôt que d'imposer d'énormes restructurations en Europe, il devrait être possible de mettre en place une taxe à l'importation de pays dont les émissions de CO2 sont en hausse... Il n'y a pas de vertu à réduire les émissions de CO2 de l'Europe par la désindustrialisation, quand dans le même temps on augmente celles de la Chine, en même temps qu'on lui envoie nos plus belles sources de créations de richesse. Mais c'est pourtant ce que fait l'Europe depuis plus de 20 ans !


Laurent J. Masson

On pensera aussi qu'avec ce programme de réduction des émissions de CO2, la commission de Bruxelles va jouer sur sa popularité. Un nombre très substantiel de gens n'ont plus une très bonne idée de l'union européenne. Si elle veut mettre en place une politique qui entrainera de nouvelles et nombreuses fermetures d'usines, l'enthousiasme pour l'intégration européenne ne fera que faiblir. Encore.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe ; ecologie