Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Mobilité écologique : Biden sans ambition

Ven 06/08/2021   —   La grande déception.
Mazda 2La Norvège est-elle une dictature ? Ce pays a en effet frappé les esprits, puisqu'il a décidé qu'en 2025, seules les voitures neuves zéro émission, donc électriques ou à hydrogène, pourraient être immatriculées. C'est une mesure forte, et c'est aussi une mesure arbitraire, puisqu'on sait faire de l'essence synthétique, du biométhane, des biocarburants de troisième génération, et que donc la propulsion électrique n'est pas une alternative unique pour réduire les émissions de CO2 en provenance des voitures particulières. Pays de la liberté, les Etats-Unis ne pouvaient suivre pareil exemple, et ils ne l'ont donc pas suivi.

Ils en sont même très loin. Le président Biden vient en effet de signer une déclaration d'intention, pour fixer l'objectif qu'une voiture sur deux ait une capacité zéro émission à l'horizon 2030. Il faut être précis, il s'agit donc qu'en 2030, une voiture neuve sur deux soit une électrique, sur batterie ou pile à combustible, ou une hybride rechargeable. C'est donc un objectif qu'on qualifiera de modeste, et qui donnera une grande place au marché, comme c'est la règle en Amérique. Les 3 grands groupes américains, Ford, General Motors et Stellantis (ce dernier étant américano-européen) ont déjà annoncé qu'ils soutenaient cet objectif, d'autant plus facilement qu'ils se sont déjà engagé vers des objectifs autrement plus ambitieux, dans la vieille Europe.

Là où Biden a déçu, c'est plutôt dans la faiblesse des valeurs CAFE pour dans 5 ans. Les valeurs CAFE (Corporate Fuel Economy Average) sont plus importantes, puisqu'elles ont un caractère obligatoire. Les constructeurs doivent les respecter, sinon ils devront s'acquitter de lourdes amendes. Mais tout ce que Biden propose, est une moyenne de 4,52 l/100 km (52 MPG), et de 106 g/km d'émission de CO2 pour 2026.

C'est dire qu'en réalisant, ne serait-ce qu'un dixième de leurs ventes, avec des hybrides rechargeables et des électriques (qui compteront à 0, et feront baisser la moyenne), il y aura assez de marge pour que des millions d'américains puissent continuer à acheter des gros et gourmands pick-ups de 3 tonnes. On attendait plus d'un président qui avait mis en avant son volontarisme écologique, lors de sa campagne.


Laurent J. Masson



Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_monde