Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Les suisses peuvent rouler bio

Lun 04/09/2006   —   Station distribuant du biocarburant, voiture neuve prévue pour fonctionner avec ce carburant agricole, les deux sont disponibles en Suisse.
Entre les suisses et les français, pour les biocaburants, ce sont les suisses qui tirent les premiers. Le fournisseur d'énergie Agrola vient d'ouvrir une première station d'E85 à Winterthour, et il prévoit d'en ouvrir une douzaine d'autres dans un avenir proche. Ce biocarburant est constitué de 85 % d'éthanol, qui est acheté à Alcosuisse, et qui est essentiellement produit par des déchets de l'industrie du bois, avec 15 % d'essence sans plomb. Les biocarburants étant détaxés en Suisse, l'E85 est vendu à Winterthour 1,39 SFr le litre (87 centimes d'euro le litre !). Les capacités annuelles de production sont cependant fort limitées, à 8 millions de litres d'E85, mais Alcosuisse prévoit déjà la construction d'une nouvelle usine (du travail pour des suisses) qui pourrait les porter à 50 millions de litres. Et si on considère que l'E85 permet de réduire de 75/80 % les émissions de CO2, il y aurait alors de quoi écorner les émissions du pays.

Après Agrola et Alcosuisse, le troisième partenaire de l'opération est le constructeur automobile Saab, qui propose désormais sur le marché suisse son modèle 9/5 en version BioPower. Au jour de l'inauguration de la station, c'est au volant d'un break Saab 9/5 que Renzo Blumenthal (Monsieur Suisse 2005) est venu faire le plein.

Pour les français, la bonne nouvelle est que l'homme qui dirige le groupe de travail officiel sur les biocarburants, Alain Prost, a des attaches avec la Suisse. Il doit déjà être au courant. Mais alors que ce groupe doit rendre son rapport ce mois-ci, les suisses viennent opportunément rappeller qu'il n'est pas compliqué de développer les biocarburants. Il suffit d'ouvrir des stations qui en vendent, et des autos prévues pour. Avec la première station de Hongrie qui devrait ouvrir le mois prochain, la France est très en retard.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Saab ; biocarburant