Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Le prix du parking en fonction du CO2

Mar 31/10/2006   —   Jamais à court d'idées pour faire rentrer de l'argent dans les caisses, des politiciens travaillent à un programme de modulation des tarifs de parking en fonction des émissions de CO2.
Le projet vient de Richmond sur la Tamise, un quartier chic de Londres, où le stationnement est rare, et où les permis de stationnement résidentiel sont délivrés par une autorité administrative. Le conseil municipal local a lancé une proposition. Le permis de stationnement, qui est annuel, serait gratuit pour les autos qui émettent moins de 100 g/km de CO2, il n'y a que la Smart Fortwo diesel qui soit en dessous de cette valeur, et payant pour toutes les autres voitures. Cette gratuité est nouvelle, car aujourd'hui, les permis sont payants pour tout le monde, mais le conseil n'a pas l'intention de percevoir moins d'argent qu'il en perçoit. Dés 151 g/km de CO2, le permis augmenterait de 10 %, et de 200 % pour les autos qui rejettent plus de 225 g/km de CO2, c'est par exemple le cas d'une Peugeot 607 V6 essence.

En dépit du bien-fondé de ce projet, inciter les gens à rouler dans les modèles les plus écologiques, on ne peut pas le soutenir parce qu'il est inefficient. Nous avons de ce côté-ci de la Manche le projet de moduler les péages autoroutiers en fonction des émissions de CO2, et le fait que le prix d'une carte grise soit variable est déjà un scandale. Vive la vérité des prix ! La delivrance d'un certificat d'immatriculation est un travail égal quelque soit l'auto, alors que ces documents soient tous au même tarif. L'usage d'une autoroute est le même quelque soit la voiture, alors que le péage soit le même pour tous. Et entre le parking d'une Peugeot 407 1.6 litres HDI (145 g/km de CO2), et celui d'une 407 V6 essence (233 g/km de CO2), l'espace occupé est le même, le coût de ce parking doit donc légitimement être identique. Mais avant l'équité, c'est l'argument du mauvais rendement qui importe. Plutôt qu'avoir plusieurs administrations distinctes imposer chacune un prélèvement original, selon un calcul qui lui est propre, et des méthodes de perception qui lui seront tout aussi particulières, il serait plus avantageux que toutes ces administrations adoptent le tarif unique, plus facile à gérer, pendant qu'une autre se chargerait de l'établissement, et de la collecte, d'une taxe différenciée selon des critères écologiques sur la propriété des automobiles. Ce serait le retour de la vignette, nous pensons qu'il faut s'y attendre.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe