Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Un taxi VW renouvelable, ça gaze

Mar 03/07/2007   —   Le gaz naturel poursuit son essor en Allemagne, tant avec le soutien des constructeurs automobiles que des acteurs de l'énergie.
Après le Caddy l'année dernière, nous annoncions en janvier, l'arrivée du version gaz naturel (GNV) du Volkswagen Touran : l'Ecofuel. Petite nouveauté de l'été, en voici une version étudiée spécifiquement pour les taxis. L'idée est intéressante. 99 % des taxis sont à moteur diesel en Europe, mais même si on sait convenablement dépolluer ce type de moteur, la combustion du gaz naturel sera toujours plus propre que celle du gazole. Et pour un usage majoritairement urbain, dans des zones à forte densité de population, l'idée de recourir au carburant le plus propre n'est pas mauvaise.

Mais est-ce rentable ? Un taxi est une prestation commerciale dont le coût est règlementé. A supposer que les clients soient disposés à payer plus cher un taxi moins polluant, un chauffeur de taxi n'aurait pas le droit de facturer plus cher pour cela. Alors si le gaz naturel revient plus cher que le gazole, il est inutile d'aller le proposer aux taxis... Mais heureusement, ce n'est pas le cas. Le GNV coûte moins cher à la pompe, et il offre aussi des avantages financiers en terme d'immatriculation (en Allemagne comme en France), tandis que le prix d'achat du véhicule est quasi-équivalent, puisque le Touran Ecofuel (GNV) a un prix de base en Allemagne de 16 879 € hors taxes.

Et là où les allemands font bien les choses, et voient loin, c'est qu'en sus de mettre sur le marché des voitures au GNV, ils se dotent d'infrastructures de production de GNV renouvelable. La société Aufwind Schmack a ainsi ouvert à Pliening (à côté de Munich) une centrale de production de biogaz d'une qualité telle qu'on ne peut plus parler de biogaz, mais de biométhane. Ce biométhane est d'une qualité équivalente à celle du gaz naturel courant (en provenance de Russie), et il est donc mélangé avec, réinjecté dans le réseau, sans que personne ne puisse voir de différence. Alors on ne pourrait garantir qu'un chauffeur de texi de Munich qui fait son plein de gaz aurait un carburant renouvelable (par le traitement des déchets), mais avec une production annuelle prévue de 3.9 millions de m³, il y a de quoi faire tourner toute une flotille de taxis.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Volkswagen ; biogaz-biomethane-GNV-renouvelable