Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Lotus fait évoluer la bicarburation

Jeu 14/08/2008   —   Les voitures capables de fonctionner avec 2 carburants sont peut-être l'avenir, Lotus y croit.
Le petit constructeur avait naguère réalisé une version Flex-Fuel (essence/superéthanol E85) de son Elise. Il avait fait mieux ce printemps avec une version Tri-Fuel, capable d'accepter également le méthanol, et voici qu'il travaille à une nouvelle technologie pour optimiser le fonctionnement d'un moteur à chaque carburant. Ce programme de recherches n'est pas effectué par Lotus Cars, le petit fabricant de voitures de sport, mais par Lotus Engineering, le bureau d'études qui travaille pour de nombreux grands constructeurs, l'idée est de faire varier le taux de compression. C'est un programme qui s'appelle OMNIVORE.

C'est donc une évolution majeure dans le panel des technologies de bicarburation, qui ont été longtemps limités à de simples réglages distincts de l'allumage et de l'alimentation. La suralimentation était venu apporter de nouvelles possibilités (très bien exploitées par Saab avec ses Biopower), et le Valvetronic de BMW permet à sa 7 Hydrogen d'avoir un shéma de distribution distinct selon qu'elle roule à l'hydrogène ou à l'essence. Mais Lotus cherche aujourd'hui à tirer parti de la faculté de l'éthanol à accepter un taux de compression beaucoup plus élevé que l'essence. Les ingénieurs anglais vont réaliser un moteur test, monocylindre, ils ont obtenu pour cela un financement public du DEFRA, le ministère anglais de l'environnement, de l'agriculture et des affaires rurales.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Lotus ; technologie