Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Espionnage : Renault a porté plainte

Ven 14/01/2011   —   L'affaire est en justice, reste à savoir si elle aura une suite publique.
RenaultNous avons déjà publié 2 articles relatifs à l'affaire d'espionnage qui secoue Renault depuis une dizaine de jours, mais cette affaire restait pourtant au point mort, puisque le constructeur n'avait pas porté plainte. Ce qui fut finalement fait hier, jeudi. Tardivement ! Bien sûr, pour aller au-delà des 3 personnes incriminées, Renault a porté plainte contre X.

Le motif de la plainte ensuite est « pour des faits constitutifs d’espionnage industriel, de corruption, d’abus de confiance, de vol et recel, commis en bande organisée ». Ce qui ratisse large. La plainte a été déposée auprès du procureur de la République de Paris, à la justice maintenant de suivre son cours.

On attend de savoir quelle suite le parquet donnera à cette affaire, mais il est aussi possible qu'on en entende plus jamais parler. Parce que s'il y a eu de nombreux articles pour citer un pays, voire même une entreprise, et émettre des suppositions sur la nature des documents volés, il y a bien peu d'éléments vérifiables. Renault n'en a d'ailleurs jamais donné un seul, et son communiqué du jour explique qu'il ne dira plus rien pour ne pas troubler le bon fonctionnement de la justice.

Cette affaire pourrait donc se poursuivre dans la plus parfaite discrétion, comme Renault aurait sans doute voulu que cela soit depuis le début...

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Renault ; industrie-production