Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Victoire pour la voiture électrique : Mia Electrique en liquidation

Ven 14/03/2014   —   Ségolène Royal doit rembourser la région.
Mia Electrique La démocratie a parlé. La question était la suivante. Voulez-vous acheter une voiture électrique aux qualités routières dignes d'une voiture d'il y a 30 ans, sous-motorisée, mal construite, et avec une autonomie ridicule, pour le prix de 2 Dacia Sandero, une voiture fiable et compétente sur la route ? Sans surprise, les automobilistes ont répondu négativement. La voiture électrique est formidable, personne ne peut ni ne doit en douter, et beaucoup d'automobilistes aimeraient rouler en électrique, mais si c'est au prix de sacrifier tout ce qui fait le plaisir de rouler en voiture, il n'y a plus personne. On ne peut s'en étonner. Quand on voit le faible écart avec le prix d'une Renault Zoé, une vraie voiture, sûre et bien construite, avec une autonomie triple, c'est logique que personne n'achète la Mia.

Malheureusement, cette logique évidente, Mme Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, ne l'avait pas comprise, et elle avait investi des fonds publics sous son contrôle, dans l'entreprise Mia Electrique. Cet argent est perdu. Mia Electrique était en redressement judiciaire pour encore plusieurs mois, mais le tribunal ayant finalement compris que la situation était désespérée, il a ordonné la liquidation, au motif que toute poursuite de l'activité se traduirait par une augmentation du passif. Parce qu'en plus de fabriquer des véhicules que personne ne veut acheter, ils les vendent à perte ! Les salaires sont versés en retard, et les fournisseurs ne sont pas payés. Alors quand on dit qu'il y a des commandes en attente, le mieux est de ne pas les honorer, et ceux qui ne se réjouissent pas de cette situation sont invités à aller travailler bénévolement pour Mia.

En conclusion, on écrira qu'en dépit des apparences, la liquidation de Mia est une bonne nouvelle pour la voiture électrique. Elle témoigne que ce marché va arriver à maturité, et que les projets mal ficelés, comme Lumeneo (déjà mort) ou Courb (bientôt mort), n'y ont plus aucune place. Ensuite, que la voiture électrique ne doit pas être un sous produit. Une électrique moins performante, moins bien construite, ou moins bien équipée qu'une essence est une insulte à l'automobiliste écolo. Personne n'aurait achété une Mia essence, et il fallait être stupide pour croire qu'avec une motorisation électrique, les clients allaient se bousculer.

Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Mia-Electrique ; vehicule_electrique ; industrie-production