Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le casse-tête du test officiel de mesure de consommation

Ven 22/08/2014   —   Le problème de l'Europe.
Voiture sur banc à rouleauxLe législateur européen a un problème. Il n'est pas nouveau. Cela fait plusieurs années qu'il est sur le table, c'est celui du test officiel de mesure des valeurs de consommation des automobiles. Le test officiel est assez simpliste, et il est en vigueur depuis de nombreuses années. Les constructeurs ont appris à le connaitre, et à optimiser leurs autos pour en tirer le meilleur résultat. Une nouvelle méthode, qui serait internationale (partagé avec les Etats-Unis et le Japon), pourrait entrer en vigueur à l'horizon 2017, mais quand certains voudraient décaler son application en 2021, certains voudraient l'avancer. Une dépêche Reuters, publiée par Automotive News, vient aussi donner l'idée que le test actuel, effectué sur un banc à rouleaux, dans un laboratoire, devrait être remplacé par un test sur route.

Ce serait malheureusement une idée qui mettrait en péril l'unité européenne. Le principe atuel en effet, est que le test de mesure des consommations doit pouvoir être réalisé dans n'importe quel pays de l'Union, et donner le même résultat. Il n'en serait pas du tout de même entre un test routier réalisé en hiver sur une route finlandaise, et le même test effectué en été dans le Sud de l'Espagne.

La température extérieure, l'altitude, l'hygrométrie, tout cela peut influer sur la consommation. Le conducteur moyen ne s'en rend pas trop compte, mais les gens qui chez les constructeurs optimisent les autos connaissant tout cela sur le bout des doigts. Si on met en place un test sur route, cela aboutira rapidement à la recherche du meilleur terrain, puis à la spécialisation, et toutes les voitures seront testées sur la même route. A priori, là où l'air est le plus dense, en dessous du niveau de la mer, et avec une température inférieure à 15°.

Considérant alors que pour tout test les voitures seront optimisées, et ne donneront toujours qu'une valeur de consommation minimale, le plus intelligent serait sans doute (comme MoteurNature l'a déjà suggéré plusieurs fois) de faire un test de consommation maximale, par exemple en simulant un kilomètre départ arrêté. Sur un banc à rouleaux, dans un garage à la température précise.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe ; normes-antipollution