Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF

Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

PSA quitte l'Iran et se plie à la volonté de Trump

Mar 05/06/2018   —   Les chinois fêtent cela au Champagne.
Peugeot 207iLa France s'est engagée dans l'Union Européenne, elle doit donc respecter les lois européennes. Mais parce que les citoyens français n'ont pas voté pour Donald Trump, on comprend mal pourquoi une société française devrait se soucier de la loi américaine. On sait que le président américain a annoncé il y a peu qu'il revenait sur la parole de son pays, qu'il se retirait de l'accord international avec l'Iran, et mettait en place un régime de sanctions économiques contre ce pays. Il est alors interdit à une société américaine de faire la moindre affaire avec l'Iran, et quant aux entreprises étrangères, elles doivent choisir entre les Etats-Unis et l'Iran.

Le groupe PSA avait réalisé il y a peu des investissements substantiels en Iran, et alors qu'il ne vend pas de voitures aux Etats-Unis, il semblait logique de penser qu'il allait préférer l'Iran. Mais non, le groupe français PSA a annoncé officiellement qu'il allait quitter le marché iranien, pour se mettre en conformité avec la loi américaine. Cette décision est une énorme surprise, parce que le groupe avait beaucoup investi pour son retour en Iran. Signature d'une joint-venture entre Peugeot et Iran Khodro pour produire des voitures localement, signature d'une autre joint-venture entre Citroën et Saipa dans le même but, ouverture d'une concession DS à Téhéran... Les activités du groupe PSA en Iran sont aujourd'hui en phase de montée en puissance, la Citroën C3 y a été lancée le mois dernier, et les perspectives étaient énormes. Le groupe français prévoyait sans aucune exagération de vendre trois quarts de million de véhicules en Iran en 2020.

Mais tout cela tombe à l'eau, comme les centaines de millions d'euros d'investissement. Sans compter que le groupe est désormais grillé. Il était déjà parti en 2012, ce qui n'avait pas été apprécié. En partant une seconde fois, il plombe toutes ses chances de revenir quand Trump ne sera plus en poste. Et tout cela pour obtenir le droit de vendre des autos aux Etats-Unis, où PSA est absent depuis 25 ans. Alors certes, le projet de retourner aux Etats-Unis est bien réel, il a même déjà débuté sous la forme d'une application de covoiturage pour les smartphones, mais il faudra encore des années (!) avant que PSA ne revende des voitures en Amérique, et plus encore pour qu'il y fasse des bénéfices.

Les gagnants dans cette affaire sont les constructeurs chinois qui en se moquant des sanctions américaines vont accaparer tout le marché iranien, et les perdants sont tout le reste du monde. Parce que les iraniens voyant que le retrait de l'Amérique de l'accord international provoque le retrait des autres parties, ils ne se sentiront plus contraints à rien, ce qui ne peut inciter personne à l'optimisme.


Laurent J. Masson

ADDENDUM - Il est possible (?) qu'il y ait eu des pressions de la part de GM. On rappelle en effet que si GM a vendu Opel à PSA l'année dernière, les 2 constructeurs restent liés. Opel fabrique ainsi la Buick Regal, qui est une version rebadgée de l'Opel Insignia pour le marché américain.

Illustration, une Peugeot 207i, telle que produite aujourd'hui en série régulière par Iran Khodro. Elle est motorisée par un 1600 essence (le fameux TU) de 105 ch, associé à une boite mécanique à 5 rapports. Peu chère et très fiable, c'est un modèle très prisé des iraniens.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Peugeot ; industrie-production







Dernières actualités de l'écologie automobile :


27-05-2019 — Ford avec Agility Robotics pour tester des robots livreurs — Une révolution pour après-demain.

26-05-2019 — EVS32 premier et dernier salon de l'électrique — Changement d'époque.

25-05-2019 — Opel Corsa-e électrique 330 km d'autonomie — Primeur au zéro émission.

24-05-2019 — La Skoda Superb iV hybride rechargeable arrive enfin — Sans surprise.

24-05-2019 — Skoda Citigo iV électrique : 265 km d'autonomie à moins de 20 000 € — L'électrique pour tous.

23-05-2019 — Audi Q5 55 TFSI e quattro hybride rechargeable — Conventionnel.

22-05-2019 — La Honda e électrique accessible à la réservation — Seulement 800 €.

21-05-2019 — Ionity choisit Tritium : l'Europe finance des bornes de recharge achetées à l'Australie — Tant pis pour les européens.

20-05-2019 — Caen, aéroport leader du renouvelable — Que font les autres ?

20-05-2019 — Delphi fait un grand pas pour dépolluer le moteur essence — Toujours progresser.

19-05-2019 — Renault EZ-POD : à priori pas pour la route — Mais Roissy en a besoin.

18-05-2019 — Thierry Bolloré salue le test de l'EZ-Flex par La Poste — A Vivatech.

17-05-2019 — Un 20/20 pour le concept Citroën 19_19 — Une descendance à l'Activa.

16-05-2019 — Audi S4, la sportive désormais diesel — Un choix raisonnable ?