Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF

Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Aramco invente une technologie qui stocke le CO2 dans l'auto

Ven 15/03/2019   —   Au lieu de le rejeter à l'échappement.
Démonstrateur technologique d'Aramco pour capturer les émissions de CO2 dans un véhicule roulantOn se rend à un salon de l'auto pour voir les nouveaux modèles, mais c'est parfois aussi l'occasion de découvrir de nouvelles technologies, et c'est ainsi qu'à Genève, nous avons découvert un système que nous n'avions même pas imaginé qu'il fut seulement possible. C'est un dispositif qui vient s'ajouter à l'échappement d'une voiture essence ou diesel. On connait déjà les catalyseurs, qui transforment les éléments les plus toxiques des gaz d'échappement en gaz non toxiques, et les filtres à particules, qui stockent temporairement les particules jusqu'à ce qu'un processus de regénération périodique vienne les détruire, mais ce dispositif est techniquement plus simple, puisqu'il ne vise qu'à faire du stockage.

L'idée est toute bête. Il s'agit d'aspirer le CO2 contenu dans les gaz d'échappement, et de le stocker dans un réservoir de gaz comprimé, qu'on videra ensuite à la station, en même temps qu'on fera son plein d'essence ou de gazole. Oui, c'est possible de faire cela. Cela marche, mais cela appelle immédiatement 2 remarques. La première est que l'efficacité du système est très loin des 100 %. On pensera plutôt que cela permettrait à une grosse voiture d'avoir les rejets de CO2 d'une petite auto. Ensuite, la quantité de CO2 à stocker est importante. Même en comprimant, il faudrait une grosse bonbonne, voire plusieurs. Les développeurs du système en sont bien conscients. Si la maquette exposée à Genève est celle d'une voiture, ils travaillent plutôt à des applications sur des poids lourds.
Démonstrateur technologique d'Aramco pour capturer les émissions de CO2 dans un véhicule roulantLe plus grand problème est cependant aux stations service, qu'il faudrait équiper d'infrastructures de stockage de CO2. Quant à quoi faire de ce CO2 ensuite, les promoteurs de ce projet rappellent qu'il est un gaz industriel, et qu'il peut servir comme matière première pour fabriquer divers produits plastiques. Mais la question à laquelle on n'a pas su nous répondre sur le stand concerne l'équation financière. Il existe un marché du CO2 dans l'Union Européenne. L'automobiliste pourrait-il vendre son CO2, et acheter ensuite son essence avec une ristourne ? A la manière d'une bouteille consignée ? Tout ceci est à étudier, mais on imagine quand même qu'il faudrait un budget assez colossal pour doter le réseau de stations d'essence d'infrastructures de stockage de gaz comprimé...

Pour aller plus loin, nous nous sommes interrogés sur les promoteurs de cette technologie, et le nom de la société nous a tout de suite éclairé. Aramco. Oui, Aramco. Le nom complet est Saudi Aramco. Peut-être la société la plus profitable du monde, et une société qui est prête à investir des milliards pour que la majorité des automobilistes continuent à rouler en voiture à essence. Aramco présentait aussi à Genève un prototype de moteur à pistons opposés (un vieux serpent de mer chez les motoristes), et un intéressant système d'alimentation TJI (Turbulent Jet Ignition), qui diminue la consommation par une meilleure combustion.

C'est la guerre technologique. Les automobilistes peuvent déjà choisir de rouler en électrique, mais les saoudiens feront tout ce qui est dans leurs moyens (!!!) pour que la majorité continue de rouler à l'essence.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; essence-diesel ; technologie







Dernières actualités de l'écologie automobile :


24-03-2019 — La Tesla Model Y à partir de 56 000 € — Toujours sans concurrence, mais...

23-03-2019 — Porsche Cayenne Coupé : les clients vont-ils hésiter ? — Face à la Taycan.

22-03-2019 — MAN e-TGE, cher fourgon électrique — Intérêt limité.

22-03-2019 — Recharge bidirectionnelle des électriques : quand la France bloque le progrès — Renault va à l'étranger.

21-03-2019 — Lave-glace : une amélioration de Skoda — Pratique.

21-03-2019 — Des moteurs Suzuki sous des capots Toyota — Et des Suzuki made by Toyota.

20-03-2019 — Comment Fisker entend battre Tesla et Polestar — Avec un SUV à 40 000 $.

19-03-2019 — Le Ford S-Max EcoBlue diesel plait à la police allemande — Satisfaire les besoins avant tout.

18-03-2019 — DeVinci DB718, le roadster électrique français — Fabriqué dans le Tarn.

17-03-2019 — Volvo va baisser la qualité de ses voitures — Et les prix aussi ?

16-03-2019 — Tesla Model Y crossover sans surprise — Mais pas sans intérêt.

15-03-2019 — Aramco invente une technologie qui stocke le CO2 dans l'auto — Au lieu de le rejeter à l'échappement.

14-03-2019 — Avec l'hydrogène, Toyota vise la lune — Toujours plus loin !

14-03-2019 — NewMotion, réseau de 100 000 bornes de recharge en Europe — Le leader qui s'affirme.