Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

En ignorant l'électrification, Alfa Romeo s'est condamné

Mer 05/06/2019   —   Le beau fruit véreux de FCA.
Alfa Romeo 1965Dans le projet de fusion entre Renault et Fiat-Chrysler, tout le monde a vu que les marques Fiat et Chrysler sont... Clairement sur le déclin. La Fiat 124 Spider est mignonne, mais elle est fabriquée par Mazda, et derrière elle, cela fait des années qu'on a pas vu quoi que ce soit d'excitant dans une concession Fiat, ou un garage Chrysler aux Etats-Unis. On présente alors souvent Alfa Romeo comme une pépite. La marque au trèfle a certes un passé glorieux, son nom a fait vibrer des millions d'automobilistes, mais les derniers chiffres renvoient hélas une toute autre image.

En France, sur les 5 premiers mois de l'année 2018, Alfa Romeo avait vendu 3783 voitures. Sur les 5 premiers mois de 2019, elle n'en a vendu que 1487. Soit plus de 60 % de baisse d'une année à l'autre ! Au classement des marques, Alfa Romeo est passé derrière Jaguar. Les choses sont un peu moins catastrophiques en Allemagne, mais en y ayant vendu que 1651 voitures de janvier à mai 2019, les ventes ont tout de même baissé de plus de 35 % par rapport à 2018. Et sur le marché italien, traditionnellement très favorable, les ventes sur les 5 premiers mois de l'année ont chuté de 23 629 en 2018, à 11 846 en 2019. 50 % de baisse !

On verra là le résultat du non-investissement dans les technologies modernes comme l'hybridation. La Giulia est belle à regarder, mais avec un esprit trop XX° siècle, même les italiens préfèrent aujourd'hui rouler en allemandes. La suite n'est pas écrite, mais on sait que si une entreprise peut supporter une chute de ses revenus d'un dixième, la baisse du chiffre d'affaires d'Alfa Romeo apparait trop importante pour qu'il n'y ait pas quelque chose qui casse. Les usines tournent déjà au mini ralenti, on ne peut plus exclure qu'elles s'arrêtent. On aura toujours plaisir à voir des Alfa dans les rencontres d'anciennes, et une Alfa Romeo électrique aurait pu être sympathique, mais c'est trop tard.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Fiat-Alfa-Romeo-Lancia ; industrie-production