Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Chez Renault, M. Senard doit encore convaincre

Jeu 13/06/2019   —   Chez Nissan encore plus.
Assemblée générale Renault 2019Il s'est tenu hier l'assemblée générale des actionnaires de Renault, un évènement très attendu, puisqu'après le départ impromptu de Carlos Ghosn, si tout le monde avait appris avec une certaine sérénité le choix de Jean-Dominique Senard pour lui succéder, on s'impatientait de l'entendre. Près de 1000 personnes s'étaient déplacées au palais des congrès de Paris, 53 % de l'actionnariat étaient là.

On commençait bien sûr par donner les excellents résultats de Renault, et il faut vraiment les souligner, parce que l'année 2018 n'a pas été simple avec les chutes brutales des marchés argentins et turcs, puis du retrait imposé de l'Iran. Trois pays où Renault était un acteur majeur, et que le losange soit parvenu à présenter des résultats plus que positifs en dépit de ces situations dramatiques est un réel exploit. Mais ces résultats, M. Senard n'y est pour rien. Il n'est arrivé dans l'entreprise qu'après, où sa première mission était de renouer, pacifier, conforter la relation avec Nissan après l'arrestation de Carlos Ghosn.

Là, M. Senard a bien reconnu que si des gens de Nissan et de Renault travaillent ensemble tous les jours, la confiance était entamée. Il a cependant dit clairement qu'il n'y aurait pas de réussite de Renault sans la réussite de l'alliance. Que pour lui, Renault et l'alliance étaient inséparables. Mais aussi qu'il fallait donner à l'alliance une vision, une raison d'être, et donc en premier lieu, restaurer la relation avec Nissan. Mais... M. Senard n'a pas dit comment.

La relation avec l'allié japonais a été en effet abimé une fois de plus, avec le projet d'une fusion avec Fiat-Chrysler, à propos duquel les japonais n'ont été informé que quelques jours avant que ce ne soit public. L'assemblée générale des actionnaires de Renault a permis d'apprendre 3 choses sur ce projet. La première est que c'est Bruno Le Maire, le ministre, qui avait il y a quelques mois, suggéré l'idée d'un rapprochement avec Fiat. La seconde était que M. Senard était vivement partisan de la fusion, et enfin qu'il attribue à 100 % l'échec de la fusion à l'état, et qu'il s'en désole.
Jean-Dominique Senard à l'assemblée générale Renault 2019Est-ce qu'il aurait pu y avoir une incompréhension ? Un rapprochement entre Renault et Fiat n'est pas une mauvaise idée, si Renault reprend Fiat comme il avait naguère repris Dacia, et Volkswagen, Skoda ou Seat. Sait-on qu'en 2019, Skoda et Toyota ont doublé Fiat en Europe ? Ils vendent chacun plus de voitures que la marque italienne sur le vieux continent. Et l'année prochaine, ou en 2021 au plus tard, Fiat devrait aussi se faire doubler par Dacia. Fiat ne fait que reculer... Même en rajoutant les autres marques du groupe italo-américain, l'idée d'un mariage entre égaux fait sursauter, surtout quand pour compenser les capitalisations boursières différentes, avec Renault qui est plus bas depuis les départ de M. Ghosn, le français devait verser à Fiat-Chrysler un dividende exceptionnel de 2,5 milliards d'euros.

Pendant ce temps là, les actionnaires Renault n'ont touché qu'un maigre dividende de 3 euros par action, la rémunération de M. Bolloré (DG de Renault) a été réduite de 10 %, mais M. Senard ne voyait pas de mal à donner deux milliards et demi aux actionnaires de FCA. Il a dit qu'il n'avait pas demandé à devenir président de Renault ou de l'alliance, qu'il a accepté parce qu'il voulait servir, ce qui fait plaisir à entendre de la part d'un homme dans pareille position, mais personne ne lui a jamais demandé de servir les italiens en premier.

Il aura dit que son objectif était de se renforcer pour mieux contrer l'arrivée prochaine des constructeurs chinois, il semblerait pourtant qu'avec Nissan et Mitsubishi, il y a déjà beaucoup d'opportunités de se renforcer à l'intérieur de l'alliance. Enfin, il n'est plus là, mais cette assemblée aurait dû être celle du triomphe de Carlos Ghosn. L'ex-dirigeant aura fait ce que personne n'avait su réussir avant lui, il a internationalisé Renault. En 2018, 50,6 % des ventes de Renault ont été en dehors de l'Europe. Sur recommandation du conseil d'administration, les actionnaires ont voté à 88 % la suppression de la part variable de sa rémunération de 2018.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Renault ; industrie-production







Dernières actualités de l'écologie automobile :


18-11-2019 — Bruno Le Maire veut un malus à 25 000 € ? — Démagogie.

17-11-2019 — Du nouveau chez Jeep : un moteur diesel — Un puissant V6.

16-11-2019 — 2 nouveaux malus en 2020, un au 1er janvier, un au 1er mars — Quand l'inconstance est au pouvoir.

15-11-2019 — Peu d'opposants à la future usine allemande de Tesla — Les voisins s'expriment. Mis à jour.

14-11-2019 — Nouvelle Octavia : heureusement qu'il y a Skoda — Aussi en hybride rechargeable.

13-11-2019 — La panne salvatrice des électriques qui ne se vendent plus en Chine — Vite, la maturité.

13-11-2019 — Elon Musk choisit Berlin pour l'usine européenne de Tesla — Pour humilier les allemands ? Mis à jour.

11-11-2019 — Mercedes fera une version électrique de son classe G — Son nom sera EQG ?

10-11-2019 — Fiat-Chrysler, c'est mieux qu'Opel selon Carlos Tavares — Quelques idées.

09-11-2019 — Les batteries chinoises de BYD ont séduit Toyota — Mariage sino-nippon.

08-11-2019 — Citroën C5 Aircross hybride rechargeable — Les chevrons électrifiés.

07-11-2019 — Les parisiens vont-ils se battre pour les SUV ? — La déchirure.

07-11-2019 — Ford Mustang Lithium, l'avenir face à la tradition — Evolution nécessaire ?

06-11-2019 — Fiat aussi sera forcé d'abandonner les petites voitures — Evolution de l'espèce.



Nos derniers essais :


Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
— Machine à rouler à la sobriété record.

Renault ; faible-consommation
Renault Clio TCe 100, essai détaillé
Renault Clio TCe 100, essai détaillé
— Une essence qui a les qualités pour rester leader.

Renault ; faible-consommation
Hyundai Kona hybride, essai détaillé
Hyundai Kona hybride, essai détaillé
— Le style et la vertu à bon prix.

Hyundai ; voitures-hybrides
Toyota Corolla Hybride 180 ch, essai détaillé
Toyota Corolla Hybride 180 ch, essai détaillé
— La première compacte hybride sportive.

Toyota ; voitures-hybrides
Ford Fiesta ST 200 ch, essai détaillé
Ford Fiesta ST 200 ch, essai détaillé
— Espèce sportive toute mécanique à protéger.

Ford ; essence-diesel
Essai détaillé, BMW i3 batterie 42 kWh
Essai détaillé, BMW i3 batterie 42 kWh
— Toujours un bijou de technologie.

BMWi ; voiture-electrique
Essai détaillé, Peugeot 508 BlueHDi 130 EAT8
Essai détaillé, Peugeot 508 BlueHDi 130 EAT8
— Elle consomme moins qu'une hybride !

Peugeot ; faible-consommation
Lexus UX250h - Essai détaillé d'un crossover des villes
Lexus UX250h - Essai détaillé d'un crossover des villes
— La petite Lexus qu'on attendait.

Lexus ; voitures-hybrides
Suzuki Swift 1.2 Dualjet SHVS Hybrid
Suzuki Swift 1.2 Dualjet SHVS Hybrid
— Essai détaillé d'une petite qui joue de sa légèreté.

Suzuki ; voitures-hybrides