Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Francfort 2019 : un salon de transition

Lun 16/09/2019   —   Juste une mauvaise période à passer.
Salon de l'auto de Francfort 2019On le savait avant de venir, il y aurait moins d'exposants à cette édition 2019 du salon de Francfort. Ce n'était pas pour autant le changement le plus important, qui est que l'industrie automobile est prise dans des changements sociétaux, et qu'elle ne peut... Que les subir. Les effets du scandale qu'a causé la tricherie de Volkswagen sont encore bien présents. L'industrie automobile était critiquée de longue date, mais parce qu'elle créait des richesses et donnait un bon travail à des millions d'européens, elle restait globalement bien acceptée. Plus maintenant, et c'est désormais la défiance qui règne. C'est la règle que quoi que dise un constructeur automobile, sa parole sera mise en doute. Et cela ne risque pas de s'améliorer de si tôt, quand juste avant le salon on apprenait que le patron de Nissan, le tombeur de Carlos Ghosn qui jouait au chevalier blanc, avait lui aussi touché sa part de galette. Avec pour sa défense, l'argument le plus ridicule qu'on puisse imaginer : l'ignorance. Les patrons de Volkswagen ne savaient pas que leurs autos ne respectaient pas les normes, le patron de Nissan ne sait pas ce qu'il gagne. Les motifs de colère sont légitimes.

L'association Greenpeace manifestait une fois de plus à l'entrée du salon. A l'extérieur donc, mais à l'intérieur, tout n'allait pas non plus sur des roulettes, puisque la VDA, l'association allemande des constructeurs qui organise le salon, avait fait une erreur. L'exposition était toujours aussi étendue, allant du hall 1 au hall 11, alors que les halls intermédiaires 3.1, 3.2 et d'autres étaient vides. Il aurait été plus intelligent de faire un salon plus resserré, où les visiteurs auraient eu moins à marcher, mais la VDA vit peut-être dans le souvenir de sa gloire passée... En tout cas, sans qu'on sache clairement pourquoi, le président de la VDA démissionnait le second jour du salon.
Salon de l'auto de Francfort 2019En faisant le tour des stands, nous constatons que la plupart sont plus petits, avant de réaliser 2 jours plus tard que le mouvement #MeToo a visiblement eu des effets. Nous avions certes vu immédiatement que certaines hôtesses étaient grosses, ce qui est nouveau, mais il nous aura fallu du recul pour réaliser qu'en 2 jours sur le salon, nous n'avons vu aucun décolleté, aucune mini-jupe. Là, c'est sûr, il y aura beaucoup d'hommes pour penser que c'était mieux avant, même si cette évolution de la société est probablement pour le meilleur. Nous ne serons pas aussi affirmatifs devant la révolution que nous découvrîmes chez Mercedes.

A Francfort, Mercedes a toujours été le roi. Il a son propre hall, le premier, et celui dont l'architecture est la plus sophistiquée. Contrairement aux autres, Mercedes n'avait pas réduit la taille de sa surface d'exposition en 2019. Actuellement, cas unique, elle a même un peu augmentée, du fait d'une réduction de la surface dévolue à Smart. Mais si la surface était en hausse, le nombre de voitures exposées a lui nettement baissé (2 collègues ont confirmé mon sentiment). A leur place, nous avons été atterrés de voir des trotinettes et des skateboards. Chez Mercdes, le constructeur de grosses berlines ! Deux skateboards étaient même connectés dynamiquement, en montant dessus, on se retrouvait face à un écran géant qui faisait défiler un circuit (illustration du haut). Que Mercedes ait cela sur son stand, voilà qui prouve que le monde change. Mais ce qui minait Francfort, et toute l'industrie, est qu'on ne sait pas où l'on va.

L'exemple des trotinnettes est révélateur. Quelques-uns disent que c'est moderne, d'autres que c'est écolo, mais comme on l'a vu à Paris, des milliers de trottinettes partout sur les trottoirs ne sont pas un progrès. Surtout que ces petits engins n'ont rien de durable. Alors on parle de voiture partagée, on parle d'Uber, mais c'est une société qui perd plusieurs millions d'euros chaque jour. Est-ce bien cela l'avenir ? Les transports en commun ne valent pas mieux. A côté de la dette abyssale de la SNCF que l'état doit prendre à sa charge, 100 % des transports publics en France sont déficitaires, et ce sont les contribuables qui doivent régler la note. La panacée étant la voiture électrique, qui était en vedette sur tous les stands, mais dont l'aptitude à faire vivre une société commerciale n'est pas encore établie.
Salon de l'auto de Francfort 2019Tout le monde critique les gros SUVs, avec raison parce qu'ils consomment trop d'énergie, mais il ne faudrait pas oublier que s'ils ont du succès auprès des consommateurs, ils font aussi ceux de leurs constructeurs avec une excellente rentabilité. Quand tout ce qu'on propose pour les remplacer ne fait que perdre de l'argent. Alors que fait-on ? La réponse n'était pas à Francfort, et à défaut la question n'a pas fini de hanter beaucoup de cadres de l'industrie. On navigue à vue. L'espace disponible au salon a permis de faire venir des gloires du passé, comme cette Ferrari 365GTB/4 de 1968 devant laquelle nous aurions pu extasier des heures, et Audi pouvait se permettre d'être artiste, avec une A1 accrochée au mur, mais pour redonner l'espoir dont l'industrie a besoin, on attend un sursaut technologique.

Au risque de surprendre nos lecteurs, nous allons en effet saluer un exploit technologique, qui est celui des autos capables de faire des pointes à plus de 200 km/h, et de faire voyager 5 personnes avec tous leurs bagages sur plus de 1000 km sans ravitailler. Grâce au progrès, c'est ce que permet aujourd'hui un gros SUV diesel comme un BMW X5, un Skoda Kodiak ou un Volkswagen Touareg. Les voitures zéro émission sont malheureusement encore très loin de pouvoir offrir de telles prestations, et c'est là qu'est tout le problème. On attend l'essence synthétique, l'hydrogène ou des batteries à bien plus forte densité énergétique, mais tant que le progrès écologique sera au prix d'une baisse des prestations, l'industrie a un problème. Les progrès constants de la technologie sont cependant rassurants. La Porsche Taycan prouve que les voitures zéro émission deviennent de plus en plus rapides, et les triplettes Volkswagen e-up/Seat Mii Electric/Skoda Citigo iV montrent qu'elles sont de plus en plus abordables. Il n'y a plus que quelques années à passer, et la voiture individuelle fera à nouveau rêver les foules !


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : toutes-les-marques ; salon-automobile







Dernières actualités de l'écologie automobile :


08-12-2019 — Hyundai i10, une substantielle montée en gamme — La petite qui se rapproche des grandes.

07-12-2019 — Des watts croates pour la future Hyundai N électrique — Pour le meilleur.

07-12-2019 — 259 autobus électriques chinois pour les hollandais — Une commande record.

06-12-2019 — Avec Iveco, le poids lourd Nikola Tre sur batterie avant l'hydrogène — Petite ou grande autonomie.

05-12-2019 — 4546 km en 27 h 25 minutes, un record fou parce que la vitesse fera toujours rêver — Attention, pas écolo !

04-12-2019 — Super malus à 20 000 €, le gouvernement plus écolo que financier — Qui le paiera ?

04-12-2019 — Electriques à Berlin : Renault y était avant Volkswagen — La Zoé starlette dans la capitale allemande.

03-12-2019 — F-Type : Jaguar abandonne le 6 cylindres — Tout ou rien.

03-12-2019 — Berlin : Volkswagen joue à fond la carte de l'électro-mobilité — Une ville branchée.

02-12-2019 — Big Boxer : quand BMW n'oublie pas les amateurs de mécanique — Hélas pas pour les automobilistes.

01-12-2019 — Déjà des améliorations sur l'Audi e-tron — Nouvelle technologie, nouvelles pratiques.

30-11-2019 — Smart organise sa quasi-disparition — Décryptage.

28-11-2019 — 100 000 Volkswagen eGolf électriques — Un succès peu visible, mais réel.

28-11-2019 — 778 km sans ravitailler pour la Hyundai Nexo à hydrogène — Un exploit coréen franco-suisse.



Nos derniers essais :


Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
— Machine à rouler à la sobriété record.

Renault ; faible-consommation
Renault Clio TCe 100, essai détaillé
Renault Clio TCe 100, essai détaillé
— Une essence qui a les qualités pour rester leader.

Renault ; faible-consommation
Hyundai Kona hybride, essai détaillé
Hyundai Kona hybride, essai détaillé
— Le style et la vertu à bon prix.

Hyundai ; voitures-hybrides
Toyota Corolla Hybride 180 ch, essai détaillé
Toyota Corolla Hybride 180 ch, essai détaillé
— La première compacte hybride sportive.

Toyota ; voitures-hybrides
Ford Fiesta ST 200 ch, essai détaillé
Ford Fiesta ST 200 ch, essai détaillé
— Espèce sportive toute mécanique à protéger.

Ford ; essence-diesel
Essai détaillé, BMW i3 batterie 42 kWh
Essai détaillé, BMW i3 batterie 42 kWh
— Toujours un bijou de technologie.

BMWi ; voiture-electrique
Essai détaillé, Peugeot 508 BlueHDi 130 EAT8
Essai détaillé, Peugeot 508 BlueHDi 130 EAT8
— Elle consomme moins qu'une hybride !

Peugeot ; faible-consommation
Lexus UX250h - Essai détaillé d'un crossover des villes
Lexus UX250h - Essai détaillé d'un crossover des villes
— La petite Lexus qu'on attendait.

Lexus ; voitures-hybrides
Suzuki Swift 1.2 Dualjet SHVS Hybrid
Suzuki Swift 1.2 Dualjet SHVS Hybrid
— Essai détaillé d'une petite qui joue de sa légèreté.

Suzuki ; voitures-hybrides