Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

France Stratégie : ennemi du peuple et de l'industrie ?

Lun 14/10/2019   —   Abandon du malus au poids.
Renault Megane breakLe travail parlementaire autour du futur bonus-malus pour l'année prochaine avait amené une surprise, un amendement qui créait un second malus lié au poids des véhicules. Cet amendement a finalement été rejété, et même les écologistes peuvent s'en réjouir. Mais d'abord quasiment tout le monde. Parce que ce projet de taxation au poids visait à malusser toutes les autos essence et diesel de plus de 1300 kg. Pour ceux qui ne sont pas habitué à ces chiffres, un break Renault Megane (illustration ci-dessus), même dans sa version de base, fait déjà plus de 1400 kg. C'est dire que si on pouvait comprendre l'idée de taxer les gros SUVs, il était en fait question de taxer quasiment toutes les voitures 5 places avec un grand coffre.

C'est un organisme technocratique du nom de France Stratégies qui est à l'origine de l'idée, qui n'a en fait rien d'original. Une taxation au poids existe déjà en Suisse. Applicable aux voitures importées d'un type non réceptionné en Europe, elle est de 12 francs par quintal. Une énorme Cadillac Escalade venant des Etats-Unis est donc taxée 300 francs (environ 272 €). En France, les impôts sont toujours plus élevés (sans qu'on comprenne bien pourquoi, mais c'est un autre sujet), et le malus au poids serait allé jusqu'à 10 000 €. Il y aurait de quoi faire disparaitre de nombreux modèles. Si le malus au poids avait été voté, DS ne vendrait plus une seule DS7 en France, Peugeot plus de 508, et Renault plus de Talisman ni de Koleos. Le point insensé est que France Stratégies visait la mise en place du dispositif au 1er janvier. Dans à peine 10 semaines, alors que l'industrie auto prévoit modèles et investissements à des objectifs sur au moins 5 ans ! Et comme si cela ne suffisait pas, France Stratégies voulait aussi tuer la voiture électrique.
Kia eNiroUn malus au poids aurait en effet aussi été applicable aux voitures électriques de plus de 1700 kg. Toutes les Tesla, même la plus petite Model 3, font plus que cela, une Nissan Leaf E+ fait 1731 kg, une Kia e-Niro, 1812 kg. Autrement dit, la majorité des électriques, pourtant des voitures zéro émission, aurait elle aussi été malussée ! Idem les voitures à hydrogène que sont les Hyundai Nexo et Toyota Mirai. Il n'y a plus aucun doute, France Stratégies voulait se servir de l'argument écologique pour matraquer les automobilistes...

Alors que si l'objectif est la réduction des émissions de CO2, le meilleur moyen ne peut être qu'une fiscalité directe. C'est le bonus-malus tel qu'il existe actuellement, uniquement basé sur les émissions de ce gaz à effet de serre, et qui a déjà montré son efficacité. Il y aura toujours des fonctionnaires rapaces pour s'exciter sur une fiscalité au poids, à la finesse aérodynamique ou aux dimensions, mais si on veut que l'industrie soit créative (il est primordial que les ingénieurs n'aient pas les mains liées !), et que la politique soit efficace, une fiscalité unique sur les émissions de CO2 est imbattable.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; bonus-malus-prime-taxe