Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

PSA pourra t-il contrôler Fiat Chrysler ?

Jeu 31/10/2019   —   Condition sine qua non.
PSA fision avec FCALes conseils d'administration du groupe français PSA, et du groupe italo-américain Fiat-Chrysler auraient tous deux approuvé de ne plus former qu'un seul groupe, lequel deviendrait le quatrième constructeur du monde. Derrière Toyota, Renault-Nissan-Mitsubishi et Volkswagen, mais devant General Motors et Hyundai-Kia. On attend l'annonce officielle, et surtout les détails de l'accord, parce que comme l'histoire l'a toujours confirmé, le mariage de 2 constructeurs automobile est une stupidité vouée à l'échec.

Le seul truc qui marche, est l'acquisition pure et simple, dont les exemples sont nombreux. PSA avait acheté Opel à GM. Volkswagen avait acheté Skoda, Seat et Lamborghini. On voit aussi que l'alliance Renault-Nissan n'a tenu que parce qu'il y avait un seul homme à sa tête. Lui parti, l'alliance repose sur du sable, et si on veut éviter cela à un futur PSA-FCA, il faut mettre à la tête un commandant unique. Et là, les choses ne sont pas simples, puisqu'il y a d'un côté Carlos Tavares, et de l'autre l'héritier Agnelli, John Elkann.

Dans le meilleur des cas, John Elkann aurait dans le nouveau groupe, la même position qu'il avait naguère aux côtés de Sergio Marchionne. Soit la présidence du conseil d'administration, mais sans possibilité d'intervenir dans la gestion courante de l'entreprise. Ce serait Carlos Tavares qui serait à ce poste, où il a largement prouvé ses talents. Et ce qui importe enfin, est que PSA reste une entreprise française. C'est ce qu'elle est aujourd'hui, avec la famille Peugeot et l'état français qui sont actionnaires prépondérants. La tentative heureusement avortée de fusion entre Renault et FCA était un scandale, puisqu'elle allait aboutir à céder le contrôle du constructeur français aux italiens. Va t-on éviter cela ? Considérant que ni Fiat, ni Chrysler, n'ont de plan produit pour la décennie à venir, il serait légitime que Fiat devienne le vassal de Peugeot-Citroën.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Peugeot ; industrie-production