Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Fiat-Chrysler, c'est mieux qu'Opel selon Carlos Tavares

Dim 10/11/2019   —   Quelques idées.
Carlos Tavares sur BFMTVCarlos Tavares, le patron du groupe PSA, a accordé une interview à BFMTV (début à 7h30). On l'attendait car c'était sa première prise de parole publique depuis l'annonce du projet de fusion avec Fiat Chrysler Automobile. M.Tavares met évidemment en avant les possibilités de diluer le coût des investissements en R&D, et de faire des économies d'échelle, en achetant des composants dans de plus gros volumes, par exemple les batteries. Mais plus avant, il compare cet accord à venir avec FCA, et l'acquisition passée d'Opel, et affirme que FCA est en meilleure posture que la marque allemande. Ce n'est peut-être pas évident pour tout le monde, puisque si on regarde les produits, les Opel Astra ou Insignia sont de bonnes autos, très compétitives sur leurs segments respectifs, ce dont ne peut se targuer aucun modèle de Fiat. Mais la situation financière est toute différente. Opel enregistrait perte sur perte depuis 15 ans, alors que Fiat, en dépit d'une gamme où plusieurs modèles sont dépassés, est aujourd'hui en bonne santé d'un point de vie financier, même si les perspectives d'avenir en Europe sont sombres.

M.Tavares explique aussi le choix des Pays-Bas pour le siège du nouveau groupe, qui tient en fait simplement à un souci de neutralité. Côté français, le choix d'un nouveau siège en Italie aurait été très mal perçu, alors que de l'autre côté des Alpes, les italiens n'auraient pas aimé un siège social en France. Il fallait choisir un pays tiers...

Enfin, plusieurs commentateurs se sont déjà ému du nombre important de marques du nouveau groupe, certains ayant déjà suggéré que certaines passeraient à la trappe, M.Tavares se positionne contre cela. Toutes les marques du groupe ont une histoire fabuleuse, et elles sont les socles sur lesquels doit se construire l'avenir. Aucune ne sera abandonnée, et c'est tant mieux. Carlos Tavares souligne d'ailleurs sans le nommer que son principal concurrent allemand (Volkswagen) possède plus de marques, et ne s'en plaint pas.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Peugeot ; industrie-production