Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Carlos Ghosn va parler : que peut-il dire ?

Mar 07/01/2020   —   Demain, la vérité ?
Carlos Ghosn libre au LibanAvec les grèves et les manifestations, les actualités de la fin de 2019 n'étaient guère réjouissantes. Jusqu'à ce qu'on apprenne que Carlos Ghosn avait retrouvé sa liberté. Sans avoir été blanchi par la justice, il s'était libéré tout seul. Il avait pris la fille de l'air, et il a bien eu raison. Même si sa culpabilité était avérée, ce dont on est loin, les faits que lui rapproche la justice japonaise n'auraient jamais débouché sur une peine d'incarcération en Europe. Rester au Japon n'aurait qu'aggravé un immense gâchis, que les nippons faisaient tout pour accentuer, puisqu'aux dernières nouvelles, l'ouveture de son procès aurait été repoussée de 10 mois... Alors s'éclipser n'a pas dû être simple, mais c'était la seule chose valable à faire. Carlos Ghosn est au Liban depuis le 31 décembre, il a immédiatement fait savoir qu'il donnerait une conférence de presse le 8 janvier.

Alors pourquoi s'est-il donné une semaine, assurément pas pour prendre des vacances, mais plutôt pour compter ses amis. Ses vrais amis. Le gouvernement français, le MEDEF, Renault, n'ont peut-être pas fait tout qu'ils auraient pu faire, pour soutenir l'ancien patron leader lors de son arrestation. On voit aussi que Carlos Ghosn n'a toujours pas été remplacé. Il y a des directions à 3 têtes chez Renault et Nissan, ce n'est pas durable. Renault d'ailleurs, est officiellement à la recherche d'un nouveau patron. Peut-il revenir ? On répond clairement que c'est impossible. Même chez Renault, et sans avoir aucune responsabilité chez Nissan, ce serait un affront impossible pour les japonais, si le patron de la société alliée, premier actionnaire, était un fugitif. Carlos Ghosn ne pourra reprendre la moindre responsabilité dans le groupe automobile dont il fut l'architecte. Et parce qu'il a longtemps oeuvré pour le développer, on ne peut pas croire qu'il puisse faire, ou dire, quoi que ce soit qui nuirait au groupe.

Le plus vraisemblable est donc que M.Ghosn cherchera à laver son nom en demandant à être jugé en France, ce qui n'est pas totalement impossible. La justice française s'est déjà de nombreuses fois déclarée compétente dans des affaires extra-territoriales. Et dans un second temps, M.Ghosn ayant travaillé et cotisé quelques 40 ans, il demandera à toucher la retraite à laquelle il a droit. Peut-il y avoir un troisième temps ? En dehors de Renault, et même de la France ? Certains voient déjà Carlos Ghosn comme un futur leader politique au Liban, pays aujourd'hui dans une situation très difficile, et qui aurait bien besoin d'un homme expérimenté comme lui. Mais M.Ghosn a 66 ans dans 2 mois, a t-il encore le désir de faire des grandes choses après tout ce qu'on lui a fait subir, il faudra attendre sa conférence de presse pour le savoir.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Nissan ; industrie-production