Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Thierry Bolloré, un français pour diriger Jaguar Land Rover

Mer 29/07/2020   —   L'heure de la revanche.
Thierry BolloréLa nouvelle avait surpris tout le monde, y compris le premier intéressé. En octobre dernier, Thierry Bolloré, que beaucoup voyaient comme le successeur de Carlos Ghosn était brutalement débarqué de la direction opérationnelle de Renault. Ses résultats n'étaient pourtant pas mauvais. Les finances n'étaient pas au mieux, c'est un fait, mais c'est parce qu'avec le plein accord du conseil d'aministration, il avait choisi de pousser la R&D en dépit des ventes moyennes. On comprenait qu'il avait été sacrifié parce que trop proche de Ghosn pour les japonais... L'homme a heureusement su rebondir, et on apprend aujourd'hui qu'il va prendre la direction (fonction de Chief Operating Officer) de Jaguar Land Rover.

Si c'est une bonne nouvelle pour lui, cela l'est probablement aussi pour le constructeur, car peu d'hommes peuvent se vanter de son expérience, chez Faurecia d'abord, puis ensuite chez Renault. Il aura même acuis une expérience substantielle du management japonais, avec ses multiples contacts avec Nissan. Mais il reste que sa tâche ne sera pas simple chez Jaguar Land Rover. La vente de voitures de luxe est difficile. Il faut faire rêver. Et si Jaguar est déjà bien avancé dans l'électro-mobilité avec l'I-Pace, le constructeur devra continuer à faire le grand écart, du fait qu'il vend beaucoup aux Etats-Unis, en Russie ou aux émirats, à des gens qui (hélas pour la planètre) se moquent de la consommation de leurs voitures, et qui veulent le confort d'un gros moteur essence. Mais Thierry Bolloré relève le défi !

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Jaguar-Land-Rover ; industrie-production