Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Total essaie les biocarburants au dessus de l'Atlantique

Jeu 20/05/2021   —   Le bio qui vole.
Biocarburant aérien de TotalLes biocarburants sont devenus une réalité en France. Plusieurs stations distribuent le superéthanol E85 dans tous les départements, et le carburant le plus vendu dans l'hexagone est l'E10, qui comme son nom l'indique, contient une proportion d'éthanol de 10 %. Mais si les automobilistes ont accepté les biocarburants, il n'en va pas de même des compagnies aériennes. En Scandinavie pourtant, sur des vols rapides, les expérimentations se sont multipliées ces dernières années. Mais Total vient de faire mieux, beaucoup mieux, avec un vol transatlantique. De Paris à Montréal. Airbus réalise en ce moment de nombreux tests avec des avions qui tournent à 100 % au bio, mais pour ce vol d'Air France KLM, le carburant employé pourrait s'appeler JET-A1-16.

Il s'agissait de carburant aviation JET-A1 (le carburant normal des avions de ligne, aussi appelé kérosène) coupé avec 16 % de biocarburant, ce dernier n'étant pas issu de l'agriculture, mais d'huiles alimentaires, d'huiles de cuisson recyclées (c'est proche de ce que fait Neste en Finlande). La France a déjà fixé une obligation d'incorporation pour tous les vols au départ de son territoire, de 1 % au 1er janvier 2022, puis de 2 % en 2025, et de 5 % en 2030. C'est très progressif, tout simplement parce qu'il faut que les moyens de production montent en cadence, mais cela signifie que la baisse des émissions de CO2 dûes au traffic aérien vont baisser plusieurs années de suite. Tant mieux. On voit aussi qu'il y a des solutions à tout !

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; biocarburant