Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Yamaha sur terre, en mer et dans les airs

Mer 30/06/2021   —   Un savoir faire à protéger.
Moteurs de bateau YamahaC'est une chose complexe qu'un moteur à combustion interne. Difficile à concevoir, et plus difficile encore à produire en série. La France peut s'enorgueillir d'avoir ce double savoir faire. Mais elle est en train de l'abandonner. Dans le Nord, le site de Douvrin ne fabriquera bientôt plus qu'un seul moteur, les autres ayant été transférés sur un site hongrois, ce qui signifie que ce site de production a perdu sa viabilité pour le long terme. Et aujourd'hui, sans plus attendre, les Fonderies du Poitou vont disparaître, l'avenir de la Fonderie de Bretagne est très, très sombre, et la fonderie de Decazeville est elle aussi très mal en point. La France a déjà perdu le savoir faire autour de la conception et production d'armes de petit calibre, que les armées achètent maintenant à l'étranger, et au rythme où vont les choses, il faut craindre que la France perde dans quelques années tout le savoir faire autour de la production de pièces mécaniques (et des dizaines de milliers d'emplois). Alors que dans le même temps, Yamaha se diversifie. Leader du deux roues, il collabore régulièrement avec des constructeurs auto, et il est aussi réputé pour ses moteurs de bateau. Le voici qui ajoute une nouvelle corde à son arc, avec les moteurs d'avion.
Moteurs de bateau YamahaAlors évidemment pas pour les Airbus, mais pour les tout petits avions, ceux qui font moins de 500 kg (illustration ci-dessous). Un bicylindre compact et léger est tout indiqué, et c'est le genre de moteur dont Yamaha a une très grande maitrise avec ses motos. Yamaha n'est pas seul sur ce projet, il s'est associé à Shin Maywa Industries, mais déjà, il faut voir que ce constructeur japonais sait faire des choses que l'industrie française ne sait pas faire. Aujourd'hui, en misant tout sur la voiture électrique, on peut prévoir que l'écart entre ce que sait faire l'industrie nippone et sa concurrente française ne fasse que croître. Est-ce bien prudent ?


Laurent J. Masson

Moteurs de bateau Yamaha

Rubrique(s) et mot(s)-clé : autres-marques-artisans ; industrie-production