Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

22 années d'expériences pour vous informer.

La recharge des voitures électriques à la croisée des chemins : libre-concurrence ou réseau unique social-patriote ?

Arnaud MontebourgSur Public Sénat le 16 janvier, Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, avait qualifié le gouvernement de social-patriote, et annoncé la création d'un opérateur national pour équiper la France d'un réseau de bornes de charge pour alimenter les véhicules électriques. Quoi ? Un réseau de bornes de charge social-patriote aux mains d'un gestionnaire unique ? Avant d'aller plus loin, et considérant que la voiture électrique a vocation à concurrencer (sinon à remplacer) la voiture essence, il faut regarder d'un peu plus près le réseau de distribution des carburants pétroliers.

Il n'y a pas là de réseau unique, mais plusieurs réseaux en concurrence les uns avec les autres. Les automobilistes ont appris à en profiter. Si pour quelque raison que ce soit, on n'aime pas Total, on va chez Esso, et si on n'aime pas non plus Esso, on va chez BP. Il existe ensuite plusieurs qualités de carburants. Les pétroliers, et même Carrefour, commercialisent tous un carburant premium, mieux additivé. La même chose peut exister avec l'électricité. Il faut faire une différence entre l'électricité nucléaire et éolienne. La puissance du courant de sortie est aussi un facteur de différenciation. L'éventail des technologies disponibles va des bornes parisiennes d'Autolib, qui délivrent un courant de 3,6 kW aux superchargeurs de Tesla, qui sortent du 135 kW. Le gain de temps est clairement appréciable, et il ne serait pas choquant que le prix du kWh en charge rapide soit plus élevé qu'en charge lente. On ajoutera aussi que les distributeurs d'essence offrent un choix de méthodes de paiement. Espèces, chèque ou carte de crédit. Un pétrolier comme Total propose aussi sa propre carte de paiement.

Borne de charge tripleLa France est certes le pays du colbertisme, mais ce n'est pas ce qu'elle a fait de mieux, et on peut donc douter de l'efficacité d'un prestataire unique, surtout quand les prétendants au poste ne sont pas des enfants de chœur. D'après Les échos en effet, les 2 premiers candidats en lice sont EDF et Bolloré. Soit une entreprise CGTisée dont les employés bénéficient d'un statut particulier et d'avantages si injustifiés que même la Cour des Comptes s'en émeut (lire aussi), face à un milliardaire aux multiples relations politiques. Que ces personnes soient capables de gérer un réseau national de bornes est vraisemblable. Et qu'elles sachent en profiter au mieux de leurs intérêts de cette situation est certain, mais quid de l'intérêt de l'automobiliste ?

M.Monterbourg, et les personnes qui travaillent avec lui, pourraient plutôt s'inspirer de l'exemple de la téléphonie mobile, ou des fournisseurs d'accès à Internet. Parce que c'est quasiment la même activité. Il s'agit d'installer des câbles, et cela ne change pas grand chose que cela soit pour acheminer des données ou du courant électrique. La technologie du courant porteur en ligne fait d'ailleurs les deux, comme les ports USB. La voiture électrique a besoin d'agitateurs, comme Free, pour faire parler d'elle, et lancer des offres aggressives.

Borne de charge tripleLe contrat qui lie la France avec la société italienne qui doit gérer l'écotaxe a été critiquée de toutes parts, et il n'y a pas de raison de penser qu'on puisse faire mieux aujourd'hui, en accordant un monopole de gestion sur les infrastructures de charge. Ne pourrait-on pas plutôt accorder des licences d'exploitation de bornes rapides pour un maximum de 1000 bornes ? Avec un minimum d'étalement géographique, et une totale liberté de tarification pour les opérateurs ? Si on reprend l'exemple de la téléphonie mobile, il existe des opérateurs virtuels, soit des sociétés qui concrètement ne possèdent rien. La même chose est faisable avec la recharge des véhicules électriques. Même le paiement n'est pas un souci avec les cartes à puce. On a tous dans la poche une carte bleue, avec laquelle on peut retirer des espèces aux guichets de sa banque, comme des banques concurrentes.

La France s'est déjà magistralement trompée avec Autolib à Paris ou Auto Bleue à Nice, dont les bornes ne sont conformes aux standards européens. Toutes ces bornes sont à changer, mais cela ne doit pas gêner beaucoup M.Montebourg, puisque son social-patriotisme n'a probablement pas l'ambition de permettre que les voisins de la France puissent aussi utiliser son réseau. Et au fait, comment les quelques bornes existantes seront elles intégrés à ce nouveau réseau dominant ? Le projet de loi sur lequel travaille le ministre doit être présenté ce trimestre, pour un lancement effectif sous les 18/36 mois. MoteurNature a été le seul à oser le révéler, la France est le pays d'Europe où les ventes de voitures électriques augmentent le moins. Si le gouvernement pond un système ringard de capitalisme d'état, ou façon Moscou 1917, avec les automobilistes assimilés à des abonnés au gaz, sans aucune liberté de choix, il ne faudra pas s'étonner que les ventes d'électriques patinent.

Laurent J. Masson



Rechercher sur ce site :



Dernières actualités de l'écologie automobile :


18-06-2024 — Peugeot E-5008, le bonus pour le premier modèle — Fallait !

18-06-2024 — Stellantis fabrique des chinoises Leapmotor en Pologne — La honte de l'Europe ?

17-06-2024 — Les anciennes de plus en plus populaires à Madine — Une des plus grosses rencontres de France.

17-06-2024 — La Jeep Renegade aurait des cousines chez Citroën et Fiat — Descente en gamme.

16-06-2024 — L'autorité de la concurrence ne veut pas faire de vagues — La question des bornes de recharge.

15-06-2024 — Fiat Grande Panda, changement de segment — Détestable rationalisation.

14-06-2024 — Alpine A290 : le plus grand pari de Renault — Beaucoup de promesses.

13-06-2024 — Electriques chinoises : l'Europe se montre technocratique et peureuse — Il faut changer d'Europe !

12-06-2024 — Toyota Hilux à hydrogène, c'est l'heure des tests — Un bon départ.

12-06-2024 — Hyundai Inster, la petite coréenne électrique aura de l'autonomie — Ce ne sera pas qu'une citadine.



Nos derniers essais :


Essai détaillé Toyota bZ4X AWD
Essai détaillé Toyota bZ4X AWD
— Le futur de la Prius est prometteur !

Toyota ; voiture-electrique
Prise en mains Suzuki Swift
Prise en mains Suzuki Swift
— L'indispensable citadine essence abordable.

Suzuki ; faible-consommation
Essai détaillé MG4 XPower 435 ch
Essai détaillé MG4 XPower 435 ch
— La meilleure sportive du quotidien.

MG ; voiture-electrique
Essai détaillé Jeep Avenger électrique 156 ch
Essai détaillé Jeep Avenger électrique 156 ch
— Elle est trop belle, on la marie au premier regard.

Jeep ; voiture-electrique
Essai détaillé Citroen C5 Aircross hybride 136 ch
Essai détaillé Citroen C5 Aircross hybride 136 ch
— Un mild hybride qui est presqu'un full.

Citroen ; voiture-hybride
Dacia Jogger Hybride 140 ch - Essai détaillé
Dacia Jogger Hybride 140 ch - Essai détaillé
— Elle demande peu, elle donne beaucoup.

Dacia ; voiture-hybride
BYD Seal électrique AWD 530 ch - Prise en mains
BYD Seal électrique AWD 530 ch - Prise en mains
— La Tesla Model 3 battue, et pas qu'elle.

BYD ; voiture-electrique
Opel Corsa 156 ch - Prise en mains
Opel Corsa 156 ch - Prise en mains
— Petite voiture, mais gros arguments.

Opel ; voiture-electrique
Nissan Ariya 87 kWh - Essai détaillé
Nissan Ariya 87 kWh - Essai détaillé
— Une vraie japonaise, avec une grande autonomie.

Nissan ; voiture-electrique