Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Biocarburants, la France toujours dirigiste (2)

Lun 22/05/2006   —   Le premier ministre a prononcé la semaine dernière une déclaration sur la politique énergétique. Il n'y a malheureusement pas grand chose de nouveau, et les quelques espoirs qui pouvaient en sortir ont été noyés par le reste de l'actualité.
La seule vraie bonne nouvelle n'est pas automobile, elle concerne l'énergie solaire. Les ventes de chauffe-eau solaires ont doublé de 2004 à 2005, il est vrai que c'est parce qu'on partait de pas grand chose, mais le gouvernement veut vraiment développer la filière solaire (thermique et photovoltaïque), puisqu'il indique qu'il va augmenter les tarifs de rachat de l'électricité ainsi produite. C'est en effet le gouvernement qui fixe les prix, pas EDF, alors que dans le même temps le gouvernement promet qu'EDF n'augmentera pas ses tarifs plus vite que l'inflation. Comment alors ne pas en conclure que si beaucoup de français s'équipent pour produire de l'électricité solaire, qu'EDF devra payer au prix fort, et que ce surcoût ne peut-être répercuté par une hausse des prix, il faudra produire l'électricité d'origine nucléaire moins chère, en faisant des impasses sur la sécurité ? C'est sans doute ce qui a conduit à l'arrestation du militant Stéphane Lhomme, pour avoir osé dévoiler des insuffisances dans la conception du futur réacteur EPR, dans un rapport qui a depuis été mis en ligne sur le site web de Greenpeace.

Ce n'est pas mieux au niveau du gaz, puisque M. de Villepin annonce que la révision du tarif de cet hydrocarbure fossile sera désormais annuelle au lieu d'être trimestrielle. Alors que les prix du gaz naturel sont tout aussi volatiles que ceux du pétrole, les actionnaires de GDF ne vont pas pouvoir dormir tranquille. Les biocarburants enfin, le gouvernement confirme sa grande ambition, il l'augmente même, mais il la recule aussi. L'année dernière, on disait 5,75 % de biocarburant en France en 2008, on dit maintenant 10 % de biocarburant (en volume), mais en 2015. M. de Villepin ne sera plus là, mais les pétroliers y seront encore, tout aussi puissants, puisque juste après que le premier ministre ait annoncé un programme d'investissements de 2 milliards dans les biocarburants, il annonçait 4 milliards d'investissements en raffinage et recherche chez les pétroliers...

Autre nouvelle : « Je fixe un objectif clair : d’ici la fin de la décennie chaque Français qui le souhaitera devra pouvoir utiliser un véhicule pouvant consommer des carburants à haute teneur en biocarburants. » C'est le premier ministre Dominique de Villepin qui l'a dit ! Bravo ! Mais il s'est bien gardé de préciser les proportions du mélange, ni de se justifier son choix d'écarter les biocarburants purs. Alors que des millions de gens roulent à l'éthanol pur (au Brésil), ou au biodiesel pur (en Allemagne). Le gouvernement organisera prochainement une grande table ronde entre les parties concernées pour établir les moyens d'application de ce projet. Mais, après le séminaire gouvernemental sur l'attractivité du territoire qui a eu lieu ce matin, où le premier ministre a expliqué que « La France est un pays ouvert », nous apprécierions que le gouvernement se souvienne de cette idée dans l'élaboration de sa politique sur les biocarburants. Nous le rappellons encore une fois, il n'y a besoin que de deux choses pour développer les biocarburants dans notre pays. 1/ Fixer des normes qualitatives (on peut recopier celles existant à l'étranger) ; 2/ Fixer le taux de taxe applicable. Tant que ces 2 points ne seront définis, la France ne sera pas un pays ouvert, et tant que l'agriculteur producteur d'huile végétale brute n'aura pas le droit de vendre cette huile à qui veut bien prendre le risque de la lui acheter, l'engagement national pour les biocarburants sera douteux.

(2) : article corrigé le 24/05. Il y avait des erreurs.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; biocarburant ; politique-transport_France