Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Production d'H2 propre à Londres

Mar 10/10/2006   —   La capitale anglaise va acquérir des autobus à hydrogène, mais elle se soucie aussi de la production d'hydrogène qui les alimentera.
Le projet est remarquable, car il est en cycle court, étudiant le potentiel de production d'hydrogène à Londres même. En ville ! Et comment ? Avec des déchets. On sait depuis longtemps qu'il est possible de traiter une part des déchets d'une grande ville pour produire un biogaz, un hydrocarbure assez grossier (notre dossier), mais ce qui n'est pas simple, est la purification de ce biogaz pour obtenir un hydrogène apte à alimenter une pile à combustible (PAC). Le Partenariat pour l'Hydrogène à Londres (LHP), un service qui dépend de la mairie, et qui a travaillé avec plusieurs consultants, a alors étudié les différentes techniques possibles, pour conclure qu'il serait plus avantageux de faire de l'hydrogène pour le consommer dans une PAC, que d'utiliser le biogaz sans transformation, dans un moteur thermique accouplé à un générateur pour produire de l'électricité.

Ceci est donc très intéressant, même si les conditions nécessaires pour arriver à cet excellent résultat demandent des moyens. Les calculs ont été faits avec l'idée que l'hydrogène produit serait utilisé dans des bus, et il faut ainsi que le centre de stockage/traitement des déchets, et les dépôts de bus soient très proches les uns des autres. Mais les promoteurs de ce projet (fonctionnaires de la ville de Londres) ont déjà identifié des sites qui pourraient convenir. Et près d'infrastrucutres de transports, car tout doit être intégré pour que ce soit valable, et alors que la production d'hydrogène à partir du biogaz génère des déchets solides qui doivent être évacués d'une manière ou d'une autre, dont le plus avantageux est la péniche. En sus, ce projet permettrait de réduire très significativement les déchets solides qui ne peuvent plus qu'être enfouis. Mais le plus beau est assurément la dimension que pourrait prendre ce projet. Rien qu'avec les déchets de Londres en effet, il serait possible de produire 141 tonnes d'hydrogène chaque jour !

Les fonctionnaires anglais ont calculé que cette quantité permettrait l'alimentation d'une flotte de 13 750 bus. Alors qu'il n'y a que 8 000 bus en circulation à Londres... Et vu qu'une Honda FCX demande juste 1 kg d'hydrogène pour parcourir 100 km, on peut se montrer confiant dans la future économie de l'hydrogène.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie ; technologie