Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Amélioration continue chez Mercedes

Jeu 27/12/2007   —   Le constructeur allemand retouche son roadster SLK, il en profite pour le rendre plus performant et plus sobre, idem la classe C à traction intégrale.
Restyling de mi-carrière pour le SLK, une auto qui a tout pour elle, la puissance, l'élégance et le succès, puisque depuis 1996, année de commercialisation de la première génération, c'est presque un demi-million de SLK qui ont été vendues. On les remarque encore pourtant, ce ne sont pas des autos oridnaires, et elles ne vont pas le devenir, au contraire. Au-delà des petites retouches esthétiques à la carrosserie, accompagnées d'un nouveau volant et de nouveaux garnissages à l'intérieur (cuir et bois), les 2 principaux moteurs sont largement revus, et améliorés dans tous les sens du terme. Plus performant et plus sobre. Mercedes prouve que ce n'est pas contradictoire. Le moteur de base, un 4 cylindres à compresseur, développe désormais 184 ch et 250 Nm de couple, sa consommation baisse pourtant d'un litre, avec une moyenne officielle de 7,7 l/100 km, ce qui fait 182 g/km de CO2.

Mais c'est le 6 cylindres de la SLK 350 qui progresse le plus, ses 3,5 litres donnent désormais 305 ch ! Il n'y a pas de motorisation diesel, au contraire, le caractère sportif de la mécanique est accentué. Ce V6 grimpe désormais à 7200 tr/mn. Avec l'excellente boite automatique à 7 rapports, ce moteur ne demande que 9,2 l/100 km, soit 219 g/km de CO2. Cela lui vaudra un malus en France, mais c'est remarquablement peu pour une auto qui accélère de 0 à 100 km/h en moins de 5,5 s. Le moteur le plus puissant enfin, celui de la SLK 55 AMG, continue inchangé, c'est le V8 ancienne génération, il perd beaucoup de son intérêt avec le V6 amélioré, d'autant plus que Mercedes l'a habilement mis en valeur par un V rouge sur le cache moteur. On pourra draguer à la station-service !

Ce SLK amélioré sera disponible au printemps, on aura avant cela chez Mercedes, des classes C à traction intégrale (système 4Matic) plus sobres. Le tort des anciennes C 4Matic étaient de ne pouvoir s'accomoder de la boite automatique à 7 rapports, elles recevaient alors une transmission à 5 rapports, moins efficiente, ce qui conjugué aux 4 roues motrices, faisait une différence importante de consommation entre la C propulsion et la C 4Matic. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Les ingénieurs ont revu leur système, l'ont intégré à la boite à 7 rapports, et la pénalité consommation de la sécurité des 4 roues motrices est ainsi minimisée.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Mercedes ; essence-diesel