Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

GPL : les lobbys en pleine action

Mer 01/12/2010   —   Pour défendre leurs privilèges quelqu'en soit le prix, avec du chantage à l'emploi s'il le faut.
Ford Fiesta GPLIl y a un scandale en France. Pour des raisons historiques, le litre de gazole est mons taxé que le litre d'essence. Mais personne ne dénonce cette situation qui n'a plus de raison d'être aujourd'hui, et surtout pas les hommes politiques, pour qui il constituerait un suicide politique. Ils témoignent d'une unanimité sans pareille. La différence de fiscalité entre essence et gazole aurait dû être supprimée par le gouvernement Bérégovoy, mais elle ne l'a pas été, et elle est maintenue par le gouvernement Fillon. Pire, elle a tout récemment encore, été approuvée, et confortée, par la plupart des régions socialistes, notamment en Ile de France, où le groupe présidé par Jean-Paul Huchon a voté le maintien de cette différence pour la part régionale de la TIPP, avec le soutien du groupe écologiste présidé par Cécile Duflot. La gauche, la droite et les pseudo-verts d'Europe-Ecologie unanimes pour que le gazole soit moins taxé que l'essence !

Parce qu'ils savent bien que les résistances seraient terribles, s'ils envisageaient de toucher à ce principe, il suffit de voir la situation actuelle du GPL. La fiscalité de ce carburant pétrolier est encore plus scandaleuse que celle du gazole (le kilogramme de CO2 rejeté par un automobiliste qui roule au GPL est 7 fois moins taxé que celui qui roule à l'essence), mais le gouvernement n'envisage pas pour autant de les relever, il ne s'agit pour l'heure que de supprimer le bonus écologique.

Déjà, toute la filière GPL est aux abois, et surprise même, nous avons appris par le magazine L'usine nouvelle, que le constructeur Ford a écrit au gouvernement pour lui demander de maintenir l'aide fiscale apportée au GPL. C'est une surprise, puisque Ford ne vend pas de voitures au GPL en France. Mais il projetait de le faire, après la mise en place d'un site de conversion dans une usine de la région bordelaise. Des emplois sont en jeu, idem chez Renault à Dieppe (site qui convertit les Clio), où la situation était déjà tendue, après la suppression des avantages accordés au GPL en Italie.

Nous espérons que le gouvernement ne faiblira pas, et saura voir l'intérêt général. Ou les pétroliers sont-ils prêts à vendre le GPL avec la même marge que le gazole ? La chose est d'autant plus facile qu'il y a moins de 100 000 personnes qui profitent du GPL en France. Parce que ce n'est qu'après la suppression du bonus GPL, et la hausse de la TIPP sur ce carburant fossile, qu'il sera possible de rêver à une hausse de la taxe sur le gazole, dont la moindre fiscalité profite à 20 millions d'électeurs...

Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; GPL