Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Fiat va faire sa révolution, mais elle n'est pas électrique

Sam 11/01/2014   —   Ni italienne.
Fiat Seicento Fuel CellFiat avait fait l'évènement en début d'année, par l'annonce de sa prise de contrôle totale et définitive de Chrysler, mais en même temps, cette annonce soulevait beaucoup de questions. Sergio Marchionne a répondu à nombre d'entre elles dans une interview à La Repubblica. On y trouve des informations économiques et produit, l'économie d'abord. Nous avions conclu notre article du 2 janvier en indiquant que Fiat-Chrysler pourrait transférer son siège à Amsterdam, mais M.Marchionne voit encore plus encore plus loin. Il se dit prêt à aller à Hong Kong pour trouver des investisseurs. Le patriotisme économique est allé au panier. Fiat-Chrysler est une entreprise mondiale, et comme nous l'avions aussi suggéré, le nouveau groupe aura un nouveau nom. M.Marchionne écarte ensuite toute augmentation de capital, tout simplement parce que cela détruit la valeur du capital existant, et il se permet même une petite pique contre PSA. Le groupe français a trop investi quand le marché était très faible, au contraire de Fiat qui se trouve alors dans une meilleure situation financière aujourd'hui (tout le monde aura d'ailleurs noté que Fiat va obtenir 100 % du capital de Chrysler sans recourir à un emprunt).

Côté produit, une mauvaise nouvelle, puisque Lancia va disparaitre. Cette ex-prestigieuse marque italienne ne sera plus vendue qu'en Italie, et seule l'Ypsilon restera au catalogue. Triste, mais Lancia était sur le déclin depuis plus de 10 ans. Pour autant, Fiat ne va pas abandonner les segments qui étaient naguère ceux de Lancia, au contraire. Fiat va abandonner le marché de masse, difficile et où les marges sont faibles, et se focaliser sur le premium. Fiat aura 2 familles de produits, 500 et Panda, tandis qu'Alfa Romeo va renaitre, avec des moteurs qui lui seront propres, et bénéficier du prestige retrouvé de Maserati.

Alors bien sûr, la renaissance d'Alfa Romeo, cela fait un certain temps qu'on en parle (!), et on veut bien y croire une fois de plus (!), sachant qu'il est déjà acquis qu'à côté de la superbe 4C, un nouveau Spider (développé conjointement avec Mazda) sera lancé l'année prochaine. M.Marchionne dévoilera son plan pour Alfa Romeo en avril. Mais ce qui nous attriste tout particulièrement à MoteurNature est qu'aujourd'hui, la marque du groupe qui fait le plus de bénéfices est Jeep. Jeep n'a jamais vendu autant de voitures que l'année dernière (730 000). Des gros 4x4 essence, alors que le groupe n'a toujours aucun projet déclaré en terme de voiture électrique ou hybride, sinon la 500e, un modèle construit en petite série, réservé à la seule Californie.

Notre illustration, un prototype Fiat Seicento électrique à pile à combustible à hydrogène.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Fiat ; industrie-production