Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF

Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Ghosn ou Macron : à qui faire confiance ?

Ven 06/11/2015   —   Un conflit ouvert.
Carlos Ghosn - Emmanuel MacronOn assistera ce vendredi à un conseil d'administration extraordinaire de Renault, à Boulogne-Billancourt. Tenu à l'initiative de Carlos Ghosn, le PDG, il est une réponse à un conflit ouvert, et grandissant, entre le PDG et le ministre de l'économie. On rappelle en effet que l'état français est le premier actionnaire de Renault. Et s'il n'y a rien d'anormal dans des discussions tendues entre le PDG d'une entreprise et ses actionnaires, le conflit est ici plus grave du fait de la nature particulière de l'état. L'actionnaire moyen se satisfait de la croissance de l'entreprise et de la réception de dividendes, alors que M.Macron est soumis à l'agenda politique.

Si certains voit l'état actionnaire comme un facteur de stabilité, d'autres y voient un danger, d'autant plus grand que la situation actuelle est déséquilibrée. L'état français possède aujourd'hui 19,7 % du capital de Renault (avec des droits de vote qui seront doublés l'an prochain, en vertu de la loi Florange), qui possède 43,4 % de Nissan, lequel ne possède en retour que 15 % de Renault, et sans aucun droit de vote malgré que cette situation date de plus de 10 ans.

Avec 39,4 % du capital, l'état français aurait tous les pouvoirs dans toutes les grandes décisions. Et même s'il s'en défend aujourd'hui, le gouvernement aurait les moyens de s'immiscer dans le quotidien de Renault-Nissan. Veut-on cela ? Entre MM.Ghosn et Macron, on rappelle que le premier a 15 années de croissance et de gestion profitable derrière lui, alors que le second n'en a encore aucune dans les affaires de la France.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Renault ; industrie-production







Dernières actualités de l'écologie automobile :


23-02-2019 — Volvo présente ses hybrides light — Après les hybrides rechargeables.

23-02-2019 — Formentor : la première Cupra originale est hybride rechargeable — Sous la forme d'un concept.

22-02-2019 — La 508 hybride par Peugeot Sport — Le lion fait saliver.

22-02-2019 — 500 taxis Toyota à hydrogène de plus à Paris — Quand Paris devient leader.

21-02-2019 — L'énorme challenge de la réduction des émissions des poids lourds — En Europe.

20-02-2019 — Avec l'Ami One, Citroën rend un drôle d'hommage à son créateur — Où est le progrès ?

19-02-2019 — Avec son Kuga Flexifuel, Ford relance l'E85 en France — Moins cher et moins polluant.

17-02-2019 — Mercedes cède à la mode des écrans tactiles géants — Pour le meilleur et pour le pire.

16-02-2019 — Les motards, ces voyous du réchauffement climatique — Statistiques 2018.

15-02-2019 — Un premier chargeur DBT Ultra sur la voirie en France — A Montrouge.

15-02-2019 — Macron annonce la construction de 2 usines de batteries — Pour doper l'électrique.

14-02-2019 — Rétromobile, un succès qui fait plaisir — Et réfléchir.

14-02-2019 — Taxe carbone : matraquer les pauvres plutôt que les riches — 86 députés anti-peuple.

14-02-2019 — La Honda électrique : son tableau de bord — Premier cliché officiel.