Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Volkswagen avoue à demi-mot une faute de management

Ven 11/12/2015   —   Mais la justice se fait attendre.
Conférence VolkswagenMatthias MullerLe scandale Volkswagen a éclaté le 18 septembre, et hier le constructeur a donné une grande conférence de presse pour expliquer ce qui s'est passé, mais il n'a pas encore fourni toutes les réponses. Car si Volkswagen veut retrouver la confiance des automobilistes, on attend la justice. Des employés ont eu un comportement fautif, on attend de connaitre leurs noms, et les pénalités qui leur seront infligés. Mais le constructeur ne prévoit de pouvoir faire toute la lumière avant sa prochaine assemblée générale annuelle, prévue pour le 21 avril 2016. En cause, les énormes volumes de données à traiter... Reste qu'en attendant, le constructeur a déjà pu agir pour que de telles mésaventures ne puissent se reproduire. Le groupe a revu son organisation, ses processus de validation interne, et il a même ajouté des validations externes pour les tests d'émission de polluants.

Le meilleur à nos yeux cependant, est que Volkswagen a reconnu que ses semployés qui ont mal agi n'avaient pas eu le choix. Le budget et le temps qui leur avait été imparti pour solutionner le problème des fortes émissions de NOx des moteurs diesel était trop faible. Dans une entreprise française où les dirigeants ne connaissent rien à la technique, cela pourrait passer, mais chez Volkswagen où la quasi totalité du management a un diplôme d'ingénieur, il y a problème...

Matthias Müller s'est pourtant montré confiant tout le long de la conférence, puisque comme nous l'avions écrit il y a plus d'un mois, les effets du scandale sur les résultats commerciaux de l'entreprise ont été somme toute minimes. Le président du directoire a donc pu affirmer que le groupe ne séparerait d'aucune marque, et qu'il n'y pensait même pas. La nouvelle Bugatti Chiron sera au prochain salon de Genève, et il y a de la demande pour ce modèle. Quant au diesel, Volkswagen a réaffirmé son soutien dans cette technologie, qu'il continuera à proposer largement, même aux Etats-Unis. Par ailleurs, M.Müller s'est dit déçu par la faible vente de ses modèles électriques, mais il va perséverer, et on verra un concept de Combi électrique au prochain de l'électronique de Las Vegas, le mois prochain.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Volkswagen ; essence-diesel