Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Opel et Vauxhall rejoignent PSA : le bon et le mauvais côté

Mar 07/03/2017   —   Après la surprise passée.
Carlos Tavares & Mary BarraPSA avec GMLa réalité dépasse la fiction, et en voici un superbe exemple. Personne ne l'aurait imaginé en janvier, le groupe français PSA, qui possède les 3 marques, Citroën, DS et Peugeot en possède désormais 2 autres : Opel et Vauxhall. Ce dernier vend des Opel rebadgées au Royaume-Uni, et ensemble, ils ont vendu 1,16 millions de voitures en 2016. C'est un évènement exceptionnel, tel qu'on en avait jamais vu. Quelques 18 000 employés allemands ont désormais un patron français ! Ou presque, puisque l'actuel patron du groupe PSA, Carlos Tavares, est de nationalité portugaise, mais personne ne s'attarde sur ce détail, et dans toute la presse allemande, il est bien écrit que ce sont les français qui prennent le contrôle d'Opel, grande marque allemande. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle, on peut répondre les deux.

Le mauvais

General Motors abandonne l'Europe ! Le monde compte 3 grands marchés pour l'industrie automobile. Les Etats-unis, la Chine et l'Europe. Mais sentons-nous mauvais ? Comme l'ancien premier constructeur du monde peut-il écarter un marché d'un demi-milliard de personnes ? C'est vrai qu'Opel ne gagne pas d'argent, mais ce n'est pas encore l'heure du pélérinage à Lourdes. Opel n'est pas une cause désespérée. Il est d'ailleurs très encourageant que le déficit 2016 ait été inférieur à celui de 2015.

Reste qu'il est clair que pour réellement redresser la marque, il faudra résoudre le délicat problème des surcapacités. Cela veut dire fermer une unité de production, avec un grand nombre de licenciements à la clé. PSA ne pouvant se permettre de se faire mal voir en Allemagne, c'est probablement le site anglais d'Ellesmere qui est condamné, quand la génération de l'Astra qu'il produit actuellement sera en fin de vie. Encore que dans l'hypothèse d'un hard Brexit, avoir un site de production outre-Manche a de l'intérêt pour produire pour le seul marché anglais...

On verra, mais le risque est grand qu'alors que GM n'aura pas voulu confronter les syndicats anglais, c'est PSA qui devra le faire. L'américain aura d'autres soucis, parce que s'il pourra se féliciter se féliciter d'avoir coupé sa branche européenne déficitaire, il y aura forcément des actionnaires mécontents devant un chiffre d'affaires 2017, en baisse de quelques 15 % par rapport à 2016.

Ci-dessous : Mary Barra, PDG de DM, Carlos Tavares, PDG du groupe PSA, et Karl-Thomas Neumann, PDG d'Opel, qui vient donc de changer de patron.
Mary Barra, Carlos Tavares & Karl-Thomas Neumann

Le bon

Mary Barra, Carlos Tavares & Karl-Thomas NeumannLe groupe PSA est désormais le second groupe automobile européen, derrière Volkswagen. Le constucteur va aussi pouvoir réaliser des économies d'échelle très substantielles, ce que ne pouvait pas faire GM, en mutualisant plateformes, achats, etc... Les voitures qui se vendent bien en Europe sont en effet différentes de celles qui se vendent bien aux Etats-Unis ou en Chine. Il faut des modèles dédiés à l'Europe. Et justement, PSA en a. La Citroën C3 et la Peugeot 208 sont déjà des autos bien distinctes, même si sous leurs carrosseries, elles sont semblables. Le prochain exercice sera de faire de même avec les Opel Corsa, puis Astra. A plus long terme, on peut imaginer une remise en cause de l'accord avec Toyota, avec l'Opel Karl qui remplacerait l'Aygo. Mais tout cela n'est encore que pure spéculation. La seule certitude pour l'heure, est que PSA va avoir de multiples opportunités de baisser ses coûts de production, et c'est bien. Côté R&D, PSA récupère un grand nombre d'ingénieurs expérimentés et talentueux, ce qui est bien aussi. Enfin, le groupe PSA grossit, et c'est peut-être le plus important.

Parce qu'il n'y a aucune égalité dans l'industrie automobile, et il vaut mieux y être un gros qu'un petit. Même avec Opel, le groupe français n'atteint pas la moitié de la taille d'un Volkswagen ou d'un Toyota, mais en tenant presqu'un sixième du marché européen, il s'affirme comme le numéro deux en Europe, avec de fortes positions dans tous les pays. En étant incontournable en Europe, le groupe renforce ses bases pour attaquer les autres marchés, en Afrique ou en Asie. C'est vraiment bien joué, et nul doute que Carlos Tavares mérite une prime pour avoir ajouté Opel au groupe français.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Opel ; industrie-production







Dernières actualités de l'écologie automobile :


08-12-2019 — Hyundai i10, une substantielle montée en gamme — La petite qui se rapproche des grandes.

07-12-2019 — Des watts croates pour la future Hyundai N électrique — Pour le meilleur.

07-12-2019 — 259 autobus électriques chinois pour les hollandais — Une commande record.

06-12-2019 — Avec Iveco, le poids lourd Nikola Tre sur batterie avant l'hydrogène — Petite ou grande autonomie.

05-12-2019 — 4546 km en 27 h 25 minutes, un record fou parce que la vitesse fera toujours rêver — Attention, pas écolo !

04-12-2019 — Super malus à 20 000 €, le gouvernement plus écolo que financier — Qui le paiera ?

04-12-2019 — Electriques à Berlin : Renault y était avant Volkswagen — La Zoé starlette dans la capitale allemande.

03-12-2019 — F-Type : Jaguar abandonne le 6 cylindres — Tout ou rien.

03-12-2019 — Berlin : Volkswagen joue à fond la carte de l'électro-mobilité — Une ville branchée.

02-12-2019 — Big Boxer : quand BMW n'oublie pas les amateurs de mécanique — Hélas pas pour les automobilistes.

01-12-2019 — Déjà des améliorations sur l'Audi e-tron — Nouvelle technologie, nouvelles pratiques.

30-11-2019 — Smart organise sa quasi-disparition — Décryptage.

28-11-2019 — 100 000 Volkswagen eGolf électriques — Un succès peu visible, mais réel.

28-11-2019 — 778 km sans ravitailler pour la Hyundai Nexo à hydrogène — Un exploit coréen franco-suisse.



Nos derniers essais :


Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
— Machine à rouler à la sobriété record.

Renault ; faible-consommation
Renault Clio TCe 100, essai détaillé
Renault Clio TCe 100, essai détaillé
— Une essence qui a les qualités pour rester leader.

Renault ; faible-consommation
Hyundai Kona hybride, essai détaillé
Hyundai Kona hybride, essai détaillé
— Le style et la vertu à bon prix.

Hyundai ; voitures-hybrides
Toyota Corolla Hybride 180 ch, essai détaillé
Toyota Corolla Hybride 180 ch, essai détaillé
— La première compacte hybride sportive.

Toyota ; voitures-hybrides
Ford Fiesta ST 200 ch, essai détaillé
Ford Fiesta ST 200 ch, essai détaillé
— Espèce sportive toute mécanique à protéger.

Ford ; essence-diesel
Essai détaillé, BMW i3 batterie 42 kWh
Essai détaillé, BMW i3 batterie 42 kWh
— Toujours un bijou de technologie.

BMWi ; voiture-electrique
Essai détaillé, Peugeot 508 BlueHDi 130 EAT8
Essai détaillé, Peugeot 508 BlueHDi 130 EAT8
— Elle consomme moins qu'une hybride !

Peugeot ; faible-consommation
Lexus UX250h - Essai détaillé d'un crossover des villes
Lexus UX250h - Essai détaillé d'un crossover des villes
— La petite Lexus qu'on attendait.

Lexus ; voitures-hybrides
Suzuki Swift 1.2 Dualjet SHVS Hybrid
Suzuki Swift 1.2 Dualjet SHVS Hybrid
— Essai détaillé d'une petite qui joue de sa légèreté.

Suzuki ; voitures-hybrides