Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

21 années d'expériences pour vous informer.

Le plein, la recharge, le parking... Quand la voiture paie

Jeu 22/06/2017   —   Un futur très proche.
La voiture personnelle terminal de paiementLa voiture personnelle terminal de paiementAvec son iPhone, Apple a innové : il a imposé la saisie d'un numéro de carte de crédit lors du processus de paramétrage, juste après l'achat. Il faut ruser pour passer outre. Il est bien plus facile d'éviter cela avec Android et Windows, mais sans doute pas pour longtemps. Les constructeurs auto regardent. Avec attention. Pourraient-ils faire de même ? Parce que la vie de l'automobiliste est faite d'actes commerciaux. Les péages, le parking, le carburant ou la recharge, on paie très souvent. On recommande aux automobilistes d'avoir les pneus bien gonflés avant de prendre la route, mais le portefeuille doit l'être tout autant. Alors, pour simplifier la vie (!) de l'automobiliste, une idée serait que la voiture paie à sa place. Enfin... Plutôt en son nom, l'automobiliste ne payant qu'en une fois, à la fin du mois.

Il est temps de dire clairement que c'est là le but de la voiture connectée. On présente aujourd'hui cette technologie avec des applications dont personne n'a l'utilité, comme la faculté de vérifier de son lit le contenu du réservoir de lave-glace, alors que la vraie finalité est de faire du commerce. C'est l'unique raison pour laquelle Google ou Apple travaillent à la voiture autonome. Un parisien indique à son auto qu'il veut se rendre en Normandie, et voilà une fantastique opportunité avec un client qui sera captif pendant plus de 2 heures. On lui occupera le cerveau en lui vendant des films ou de la musique, sans oublier de lui montrer des publicités soigneusement ciblées...

La voiture personnelle terminal de paiementLe premier constructeur à creuser ce nouveau filon a été General Motors, avec OnStar. Le système fut présenté initialement comme un atout pour la sécurité, avec la faculté d'appeler les secours, mais il est aussi possible de s'inscrire en saisissant les coordonnées de sa carte de crédit, et on peut alors réserver un hôtel de son auto. Volkswagen de son côté, a développé Car-Net, et sur sa nouvelle Polo, il lance We by Volkswagen. Un vaste panel d'applications futures, dont la première, WePark, permet déjà de payer son stationnement sans espèces à Berlin. Ce service sera rapidement étendu à Hambourg et Cologne, puis progressivement un peu partout. On ajoutera qu'il existe de multiples applications smartphone pour payer son parking, mais la nouveauté ici est que l'application ne vienne pas d'une start-up inconnue, mais du constructeur, et de Volkswagen, le premier groupe auto européen.

La question du ravitaillement est évidement sur la table, et c'est Jaguar Land Rover qui est le premier à l'avoir mis à son menu. Cela fonctionne déjà en Angleterre, dans les stations Shell, en payant avec Paypal. La navigation indique à l'automobiliste la station Shell la plus proche. Le conducteur s'y rend, il sélectionne une pompe, autorise le paiement avec Paypal en saisissant son code de sécurité, et il n'a plus qu'à mettre l'essence dans le réservoir, sans aucune autre formalité, comme le montre la vidéo ci-dessous.
C'est théoriquement encore plus simple avec une voiture électrique, puisque lorsqu'on branche une auto à une borne de recharge, il n'y a pas que de l'électricité qui est transféré, mais aussi des données. Ce sont des données relatives à la charge, mais on peut y ajouter des données relatives à l'identité et au paiement, c'est d'ailleurs ce que fait déjà Tesla. Le conducteur d'une Model S a droit à un quota annuel gratuit d'électricité aux bornes du constructeur, et s'il le dépasse, il paiera avec la carte bancaire associée à son compte Tesla. MoteurNature est informé que 3 autres constructeurs (dont Volkswagen) travaillent à mettre en place des systèmes similaires pour leurs modèles électriques.

La voiture personnelle terminal de paiementEnfin, on ne peut manquer d'évoquer l'éléphant dans le magasin de porcelaine. Aujourd'hui en France, il existe des sociétés comme Kiwhi ou Chargemap qui donnent un droit d'accès à certaines bornes de recharge, après paiement d'un abonnement, de frais d'adhésion ou autre. Il faut avoir un smartphone, et une carte pour s'identifier auprès de la borne. On pourrait faire mieux. D'abord sans carte, ni aucun processus d'activation, pour que ce soit simple. Et bien sûr sans aucun frais initial, puisque si le but est de faire des achats, il est honteux de devoir payer pour pouvoir acheter. La cerise sur le gâteau serait que cela puisse marcher sans devoir installer une nouvelle application sur son smartphone, parce qu'on en a déjà assez. Certains penseront que ce serait le rêve, mais ce n'est pourtant pas de la science fiction, puisque cela existe depuis plus d'un an, aux Etats-Unis.

C'est Apple qui le fait. La nouvelle n'a pas fait les gros titres, mais Apple a signé des accords avec des opérateurs de réseaux de bornes de recharge. EvGo, The Blink Network, Chargepoint, SEMA Connect... Il suffit de cocher l'affichage des bornes, et elles apparaissent sur Apple Maps (le logiciel de cartographie des iPhone). On y va, et pour payer, cela se fait d'un doigt, avec Apple Pay. C'est tout intégré, et l'ergonomie est parfaite, comme Apple sait faire, mais... C'est aux Etats-Unis. Le développement d'Apple Pay doit conduire à lancer la même chose en Europe, mais on se gardera bien de donner toute idée du calendrier. On peut toutefois avancer qu'Android Pay est aussi sur le créneau, parce qu'une multitude d'autres services sont aussi envisageables. Un soir d'été, on va faire un tour au lac, ou à la plage, et parce qu'une voiture est localisable et identifiable, il serait possible d'y faire livrer une pizza. Ou une bouteille de Champagne et un bouquet de roses...

La voiture personnelle terminal de paiementNous sommes dans une période de transition parce qu'aujourd'hui, la plupart des services proposés aux automobilistes requièrent l'installation d'une application sur son smartphone. Actuellement, tout cela va rester parce qu'il y aura de plus en plus de voitures partagées, mais à terme, les applications seront dans l'auto. C'est d'ailleurs pour cela que Renault a validé le développement de son système R-Link, pour installer ses propres applications, sans devoir recourir à quelque appareil externe. On attend encore de nombreuses améliorations, mais que personne ne se trompe sur ce qu'il faut voir : la voiture va devenir un terminal de paiement. Les plus grosses sociétés du monde y travaillent.


Laurent J. Masson



Rubrique(s) et mot(s)-clé : toutes-les-marques ; technologie ; borne-recharge-electrique