Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Nicolas Hulot roule en BMW électrique, où est le mal ?

Lun 18/12/2017   —   Halte au faux procès.
BMX i3Scooter électrique BMWLa transparence exige aujourd'hui que les membres du gouvernement détaillent leur patrimoine, et notamment leurs véhicules. Nicolas Hulot s'est plié à cet exercice, et on peut y voir la preuve de son engagement en faveur de l'environnement. Ayant bien réussi à la télévision, M.Hulot a largement les moyens de rouler en Ferrari. Il pourrait aussi s'offrir la plus belle des Tesla, mais il a choisi d'être raisonnable en choisissant une BMW i3. Le ministre possède aussi un scooter électrique du même fabricant, et c'est ce qu'il utilise pour ses petits déplacements parisiens. Ces deux véhicules font de lui le plus vertueux des ministres. Bien sûr, certains regretteront que ce ministre de la république ne roule pas en voiture française, mais est-ce de sa faute si la Renault Zoé, même si elle est une bonne auto, manque un peu de cachet pour quelqu'un qui a réussi ? La BMW i3 est plus amusante à conduire... Et elle est européenne. Que les critiques s'arrêtent, M.Hulot n'est pas critiquable sur ce plan.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : BMWi ; politique-transport_France