Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Une Porsche essence pourrait avoir triché aux émissions

Mar 15/05/2018   —   Erreur grossière.
Rolls-Royce CullinanSi un constructeur est capable de tricher lors des tests de mesure des émissions pour ses voitures diesel, on ne voit aucune raison pour laquelle il n'en serait pas capable sur ses modèles essence. Il y avait déjà eu une alerte sur des Audi V6 essence (l'affaire est en cours), en voici une seconde chez Porsche. Elle était facile à voir en fait. Presque n'importe qui aurait pu voir qu'il y avait supercherie, mais c'est le Times qui a révélé l'affaire.

Elle concerne un ancien modèle de Porsche, la Cayman R avec le 6 cylindres de 3,4 litres. Cette voiture est homologuée en Europe avec des émissions de CO2 de 228 g/km. Mais bizarrement, au Royaume-Uni et nulle part ailleurs, cette voiture ne rejette plus que 221 g/km de CO2. Alors, l'air est plus humide outre-Manche, et les anglais mesurent la consommation en miles par gallon, et en gallon impérial (!), mais l'explication serait malheureusement moins amusante, et la tricherie avérée.

Les homologations sont normalement européennes, mais dans le cas de la Cayman R, Porsche aurait pris la peine de refaire une homologation partielle en Angleterre, où on aurait enregistré la valeur réduite de 221 g/km, mais en prenant quelque liberté avec la procédure légale habituelle. La voiture aurait notamment été en seconde quand elle aurait dû être en première...

C'est donc très grossier, et même franchement minable, mais cela permettait de rendre l'auto plus accessible, puisque les taxes sont calculées en fonction des rejets de CO2. Le taux change à partir de 225 g/km... Ce détestable exemple montre jusqu'à quelles extrémités les constructeurs sont capables d'aller pour rendre leurs autos plus accessibles, plus fiscalement désirables. Et on aurait bien tort de croire que Porsche est le seul à agir ainsi. Mais les autres sont plus malins, ils ne se sont pas (encore ?) fait prendre.


Laurent J. Masson



Rubrique(s) et mot(s)-clé : Porsche ; normes-antipollution ; essence-diesel