Connexion réussie L'Europe sauve le thermique par l'ajout d'une molécule aux carburants de synthèse

Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

22 années d'expériences pour vous informer.

L'Europe sauve le thermique par l'ajout d'une molécule aux carburants de synthèse

Lun 27/03/2023   —   Toutes les explications.
barril d'essence de synthèseOn croyait l'affaire conclue, mais à la surprise générale, l'Italie, puis l'Allemagne, l'Autriche, la Bulgarie et la Pologne ont bloqué au dernier moment le processus qui allait interdire le moteur thermique dans l'union européenne en 2035. Après d'âpres négociations, Frans Timmermans, le haut fonctionniaire européen en charge du sujet, est parvenu à un accord informel avec les parties. Ce sera officialisé dans les jours prochains, mais on peut sans attendre révéler et commenter ce qui a été décidé. La voiture à moteur thermique, essence ou diesel, ne sera pas interdite à la vente dans l'union européenne à l'échéance de 2035. Mais à une condition. Qu'elle ne puisse pas fonctionner avec l'essence sans plomb ni le gazole du commerce, mais uniquement avec des carburants de synthèse, tels que Porsche en a commencé la production au Chili.

Déjà, des voix s'élèvent pour dénoncer ce revirement, au motif que les carburants de synthèse n'ont rien d'écologique, qu'ils coûteront une fortune, voire même qu'ils sont une escroquerie. Mais les gens qui disent cela sont au mieux des incompétents, au pire des présomptueux. Parce que les carburants de synthèse ne sont encore fabriqué qu'en toute petite quantité, salon un processus qui est encore largement expérimental. Il est tout simplement trop tôt pour juger de leur viabilité sur le long terme, si leurs volumes de production étaient très importants. Le vrai problème est ailleurs.

Parce que l'idée derrière l'essence de synthèse était de faire une essence parfaitement compatible avec toutes les voitures essence actuelles, et qui puisse remplacer l'essence sans plomb actuelle sans aucune modification, ni sur les infrastructures de distribution, ni sur les véhicules. Concrètement, une Porsche millésime 2034 pourra rouler soit à l'essence issue du raffinage du pétrole, soit à l'essence de synthèse. Mais la Porsche de 2035 ne devra plus pouvoir rouler à l'essence fossile, puisqu'elle ne devra plus pouvoir accepter que l'essence de synthèse.

Le truc pour permettre cela, à notre connaissance n'existe pas encore. Il s'agirait d'une molécule, ajoutée à l'essence de synthèse, et qui serait détectée par le système de gestion électronique du moteur. Si la molécule n'est pas trouvée, le moteur serait arrêté immédiatement. Et s'il y en a déjà qui pensent à tricher, on peut écrire que ce sera impossible. Les constructeurs savent déjà faire des boitiers de gestion moteur qu'il est n'est pas possible de reprogrammer (sans compter que les boitiers sont scellés). Porsche travaille sur le sujet, et à priori, une solution aurait été trouvée, son coût serait marginal, mais aucun détail n'a encore été révélé.

Dans tous les cas, cette nouvelle législation ne servira pas à grand chose. Oui, on veut que Ferrari puisse continuer à vendre des V12, et Porsche des 6 à plat. On veut aussi maintenir les connaissances et le savoir-faire autour du moteur à combustion interne, pour les pays du sud où ils vont rester majoritaires encore longtemps. Mais au vu du succès en croissance rapide des électriques dans l'Europe de l'ouest, et au vu des projets des constructeurs, la vague électrique est bien lancée. Elle ne s'arrêtera pas.


Laurent J. Masson




Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe ; biocarburant