Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Venturi Eclectic, une électrique opportuniste qui se nourrit de soleil et de vent

La surprise du salon de Paris

Depuis l'invention du parcmètre, le stationnement n' est plus le partenaire amical de l'automobiliste. Payer, toujours payer ! Ce qui serait agréable, et qui trasnformerait les autophobes en autophiles, serait une voiture qu'on garerait avec le réservoir vide avant d'aller faire ses courses, et qu'on retrouverait avec le réservoir plein. Un rêve. Mais une voiture à essence dont le réservoir s'auto-remplirait, même en étant croyant, on a du mal à y croire. Dans l'hypothèse d'une voiture électrique par contre, l'impossible peut ne plus l'être...

La Venturi Eclectic est une auto ultra-compacte. 2,86 m de longueur, soit 97 cm de moins qu'une Peugeot 206 ! C'est la reine de la ville, avec une maniabilité qu'on devine formidable. Mais devant l'auto, ses formes sont tellement inhabituelles, qu'on ne réalise pas tout de suite qu'elle est si courte. D'abord parce qu'elle est haute comme un monospace (1,75 m), et ensuite large comme une grosse berline (1,85 m). Ce qui choque aussi est son parebrise, immense, et tout plat. Mauvais pour l'aérodynamisme, mais presque secondaire sur cet engin dont la vitesse maxi est limitée à 50 km/h.

Le travail des designers automobiles est rendu de plus en plus complexe par les contraintes techniques, mais Sacha Lakic, qui a signé cette auto, a eu une contrainte très particulière, celle de faire un toit le plus grand, et le plus plat possible. Problème pas simple, mais qu'il a solutionné par l'emploi de montants de toit verticaux, repoussés autant que possible aux extrémités du véhicule, et pour l'élégance en donnant une une certaine symétrie entre l'avant et l'arrière. C'est hyper original, et sur ce plan, nous avons particulièrement apprécié que presque tout le soit. Par économie, Venturi aurait pu reprendre les roues, ou les sièges, de voitures existantes, mais ce n'est pas le cas.

Le toit plat, c'est pour permettre d'y loger des cellules photovoltaïques. 2,5 m2, des cellules avec un rendement de 14 %, ce qui veut dire qu'elles convertissent 14 % de l'énergie que leur donne le soleil en une énergie utilisable pour la propulsion. C'est clairement insuffisant, mais il est possible d'ajouter le concours d'une éolienne. Elle peut être soit fixée au toit de la voiture, soit placée en haut d'un mât. Ce qui est mieux puisqu'on peut alors la positionner plus en hauteur, où le vent est plus fort. Le constructeur indique qu'une journée de charge au soleil permet de récupérer une quantité d'énergie suffisante pour parcourir 7 km, tandis que dans les régions ventées, l'éolienne offrira un parcours de 15 km.

Et ce sont des résultats qu'on ne pourra pas obtenir partout. La voiture est vendue avec une carte des vents et de l'ensoleillement. Mais à la limite ce n'est pas important, car quelque soit l'énergie récupérée, c'est toujours cela de pris. Imaginons une personne qui ne fasse que 10 km chaque jour, il suffit de se garer au soleil, et de prendre le réflexe de mettre la petite éolienne sur le toit à chaque fois qu'elle s'arrête, son budget carburant sera de 0. Zéro pollution, et zéro euro de budget d'utilisation. On ne peut tout simplement pas faire mieux. Même si le potentiel est limité, c'est formidable, et pour celui qui a besoin de plus, un chargeur embarqué permet de se recharger sur n'importe quel prise de courant (16 A), en 5 h. Enfin, pour l'utilisateur très exigeant, il y a la possibilité d'installer à demeure une éolienne de plus grande taille, ou une plus grande surface de cellules solaires.

En sus de l'idée de mobilité autonome, nous apprécions l'idée de demander à l'automobiliste de devoir composer avec son environnement. On dirait d'un jardinier de Lille qui veut planter des orangers qu'il est fou, mais il y a des parisiens qui roulent en gros 4x4. L'achat d'une Venturi Eclectic impose un retour à la raison puisque, si on habite dans une région où il n'y a pas de vent, il sera inutile de prendre l'éolienne en option. Mieux vaut compter sur le soleil, et Venturi y compte tant, que l'auto est dénuée de portières, tandis que pour que les passagers puissent profiter autant du soleil que la voiture elle-même, le toit est translucide. Il y a cependant l'ombre des cellules photovoltaïques, et sur la photo ci-dessus, le tissu blanc uni des sièges semble avoir un motif imprimé.

Amoureuse du soleil, l'Eclectic est la voiture idéale pour les villages de vacances du Club Méditerranée. Sea, sex and sun and Venturi, mais cela marche aussi sans être au bord de la mer... L'auto est une 1 + 2, une place à l'avant et deux à l'arrière. Si cela n'est pas parfaitement rationnel, cela a l'atout de donner aux passagers une visibilité panoramique. Avec une motorisation silencieuse, c'est le véhicule idéal pour un couple d'amoureux qui voudrait qu'on lui fasse visiter Capri, ou quelque autre lieu de villégiature ensoleillé très scénique, et... Plutôt resserré, car l'autonomie est limitée à 50 km.

C'est peu mais c'est pour limiter le coût de l'Eclectic en dépit de son besoin de batteries de très haute qualité. Ceci n'est pas la voiture électrique qu'on recharge la nuit, une fois par 24 heures. Les cellules solaires chargent en permanence (sauf évidemment la nuit), à l'arrêt ou en mouvement, même quand il y a des nuages. Cette contrainte a imposée des batteries sophistiquées, sans effet mémoire, et ce sont des NiMH qui ont été choisies. Un pack de 108 kg avec son propre système de refroidissement liquide, 100 Ah en 72 V. Elles alimentent un moteur électrique de 16 kW, récupèrent de l'énergie à chaque freinage, et leur durée de vie est estimée à 2500 cycles, ce qui se traduit en pas mal d'années.

Avec un style aussi unique, la Venturi Eclectic n'est clairement pas pour tout le monde, mais par ses vertus d'autonomie, et sa nécessaire adéquation avec son environnement, elle montre la voie d'une automobile réconciliée avec l'écologie. Vive la voiture individuelle, car si elle est zéro pollution, et alimentée par des énergies renouvelables, qui peut se dire contre ? Mais quelle ironie que dans une industrie aux mains de multinationales, ce soit un petit constructeur aussi décalé que Venturi (le patron ci-dessus, ne porte pas de cravate), qui montre la voie à suivre. Rien que pour cela, le V de Venturi est aussi un V de victoire.

Une première série de 200 exemplaires est programmée, au prix de 24.000 € l'unité hors taxes, livraisons en 2007. Venturi se démocratise, mais en restant à un bon niveau. La finition des voitures exposées au salon de Paris était plus que convenable pour des artisans de l'automobile. Et après l'hyper exclusive Fetish, c'est un nouveau départ. Mais qui seront les premiers clients à jouir de l'image flatteuse de rouler aux énergies renouvelables ?







Dernières actualités de l'écologie automobile :


02-07-2020 — Le Volkswagen Tiguan GTE hybride rechargeable aura 245 ch — De plus en plus haut de gamme.

02-07-2020 — Le succès payé des électriques — Hélas, pas durable.

01-07-2020 — Un tout nouveau moteur pour la Skoda Octavia G-TEC au GNV — Pas branché, mais au top.

01-07-2020 — Citroën C4, une vraie Citroën comme on l'attendait — Pluri-énergie.

30-06-2020 — Le pick-up électrique Nikola Badger ouvert à la réservation — Surtout pour les américains.

28-06-2020 — Ford F-150 : le symbole de l'Amérique passe à l'hybride — Un pas en avant.

27-06-2020 — Fiat 500 : une série spéciale pour être compétitive — France Edition.

26-06-2020 — Quand une laverie ridiculise le réseau Ionity — La modernité pas là où on l'attend.

25-06-2020 — Mokka : Opel change tout et attaque — Arme de conquête.

24-06-2020 — BMW va presque généraliser le smartphone comme clé — Le premier, mais pas le dernier.

24-06-2020 — La Jaguar I-Pace rechargera et divertira plus vite — Evolution de l'espèce.

23-06-2020 — Mercedes serait le premier avec une batterie solide ? — Mais pas sur une voiture.



Nos derniers essais :


Peugeot 3008 Hybrid4 300 ch - Essai détaillé
Peugeot 3008 Hybrid4 300 ch - Essai détaillé
— Le charme discret de l'écologie canaille.

Peugeot ; voitures-hybrides-rechargeables
Peugeot e-208 - Essai détaillé
Peugeot e-208 - Essai détaillé
— La plus fun des petites électriques.

Peugeot ; voiture-electrique
Ford Puma EcoBoost 155 ch Hybrid 48V
Ford Puma EcoBoost 155 ch Hybrid 48V
— Un SUV sportif hybride ? Une auto couteau suisse.

Ford ; voitures-hybrides
Seat Arona TGI au GNV
Seat Arona TGI au GNV
— La voiture au gaz de monsieur tout le monde.

Seat ; biogaz-biomethane-GNV-renouvelable
Suzuki Vitara & S-Cross Hybrid 48V
Suzuki Vitara & S-Cross Hybrid 48V
— Prises en mains, un système léger mais efficace.

Suzuki ; voitures-hybrides
Lexus ES300h hybride, essai détaillé
Lexus ES300h hybride, essai détaillé
— A la fois une citadine et une routière.

Lexus ; voitures-hybrides
Audi e-tron - Essai détaillé
Audi e-tron - Essai détaillé
— Impressionnante à plus d'un titre.

Audi ; voiture-electrique
Seat Mii Electric, prise en mains
Seat Mii Electric, prise en mains
— La première électrique vraiment abordable.

Seat ; voiture-electrique
Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
Renault Clio Blue dCi 85 - Essai détaillé
— Machine à rouler à la sobriété record.

Renault ; faible-consommation