Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Un moteur qu'on voudrait voir mourir

Mer 08/03/2006   —   Un moteur n'a pas à être éternel. Les progrès de la technique relèguent nécessairement une conception ancienne au passé. Pourtant...
La voiture à gauche est une Buick Special de 1961. Cette auto avait fait sensation quand elle avait été présentée à la fin de 1960, par ses dimensions raisonnables, et son comportement presque sportif du fait de sa légereté. Une bonne part de cette légereté était dûe à la masse extremement réduite de son moteur, un V8 de 3,5 litres, qui n'accusait que 144 kg sur la balance (sans aucun accessoire de dépollution, inexistant à l'époque). Tout en aluminium, ce moteur était comme un OVNI parmi les gros blocs tout en fonte du reste de la production américaine de l'époque. Et trop cher à produire, sa fabrication fut d'ailleurs arrêtée en 1963. Ce moteur aurait alors pu constituer un record, comme le V8 de grande série, à la production arrêtée après le plus court laps de temps, mais les anglais allaient le récupérer.

Les anglais ont en effet acquis en 1965, tout l'outillage et les droits intellectuels relatifs à ce moteur. On allait ensuite le retrouver sur différents modèles de feu British Leyland, dont les plus connus furent les berlines Rover 3500, et les Range Rover. Les petits fabricants anglais, Morgan ou TVR, utilisèrent aussi largement ce bloc, mais il n'est plus disponible aujourd'hui dans aucune voiture neuve. Depuis plusieurs années même, mais il faut assurer l'après-vente, et ce serait un marché très important. La demande serait en effet si forte, que Land Rover Ltd a conclu avec MCT (un fabricant de moteurs, de boites de vitesses et toutes pièces mécaniques), un contrat de 25 millions de livres pour assurer la production continue de ce moteur, pendant les 5 années à venir. Bien sûr, il est vrai qu'il faut songer aux clients qui ont acheté un Land Rover Discovery en 2002, et qu'il est nécessaire qu'en cas de casse, ces gens puissent trouver des pièces, mais les ingénieurs qui ont conçu ce moteur, à la fin des années 1950 n'auraient jamais imaginé qu'il serait toujours en production en 2010 !

Ce n'est pas demain que toutes les voitures sont hybrides, avec des moteurs à la distribution variable et injection directe, si on continue à produire des moteurs à arbre à cames central, 2 soupapes par cylindre...

Rubrique(s) et mot(s)-clé : autres-marques-artisans ; essence-diesel