Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Des Mitsubishi électriques en test

Ven 13/10/2006   —   Le salon de Paris excepté, Mitsubishi expose avec régularité des concepts électriques, et Osamu Masuko, le PDG de la marque aux diamants, avait récemment confié qu'il envisageait de proposer des petites électriques sur le marché américain.
C'est dans ce but que Mitsubishi présente ce nouveau prototype, qu'il va construire à quelques exemplaires, et confier à deux électriciens japonais, Chugoku Electric Power Co., Inc. et Kyushu Electric Power Co., Ltd. Plus simple, ou plus réaliste, que ces prédecesseurs qui avaient des moteur-roues, ce nouveau modèle possède un moteur qui transmet sa puissance aux roues arrières. On reconnait sa base, la Mitsubihi i, une voiture qui appartient à la catégorie des kei, ces autos qui de par leur petite taille, bénéficient d'un régime particulier au Japon. Et ce n'est que là qu'on peut la voir, la i n'est exportée nulle part, mais le constructeur réalise pourtant une étude de faisabilité quant à la proposer sur le marché britannique. Parce qu'après tout, elle n'est que quelques centimètres plus petite qu'une Citroën C1. Mais il ne faut pas compter la voir en Europe continentale, elle n'a pas été conçue pour la conduite à gauche.

C'est dire qu'on est loin de pouvoir trouver une électrique chez un concessionnaire Mitsubihi français, mais on peut déjà rêver des caractéristiques de ce prototype japonais. Car la i jouit d'une conception avantageuse pour une conversion à la traction électrique, puisqu'elle possède un plancher surélevé. La i, voiture à essence, est une auto avec son moteur implanté en position centrale, un moteur qui est presque couché, et qui se trouve sous l'habitacle. C'est dans cet espace que les ingénieurs Mitsubishi ont logé le pack de batteries, à un emplacement idéal du point de vue de la répartition des masses. Il s'agit de Lithium-Ion, et le moteur électrique qu'elles alimentent a la puissance confortable de 47 kW, avec 180 Nm de couple. Avec une masse contenue à 1080 kg, la voiture peut ainsi atteindre les 130 km/h.

Deux versions sont déjà prévues, et c'est par leurs batteries qu'elles se différencient. La première a un pack de batteries stockant 16 kWh, la seconde 20. Autonomie annoncée par Mitsubishi, 130 et 160 km. Mais c'est selon les méthodes officielles de mesure de consommation japonaises, qui sont connues pour être très en-deça des consommations réelles. Parce que parcourir 160 km avec seulement 20 kWh d'énergie embarquée, le moteur de 47 kW ne doit pas souvent donner sa pleine puissance... Les français font mieux ! Les prototypes Cleanova de Dassault-Heuliez, ou la Bluecar de Bolloré, ont des performances vérifiées qui sont supérieures. Mais qui sera le premier à commercialiser son produit, toute la question est là.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Mitsubishi ; voiture-electrique