Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Du bio sous le cuir pour les Mustangs

Mer 18/07/2007   —   La Ford Mustang n'est pas réputé pour son caractère écologique, mais elle va pourtant acquérir une caractéristique dont les voitures hybrides japonaises pourraient être jalouses.
Une voiture consomme de l'essence, mais ce n'est pas que dans son réservoir qu'on trouve des dérivés du pétrole. Plastiques de l'habitacle ou sous le capot sont tous fabriqués à partir du pétrole, et notamment la mousse des sièges. On est assis sur du pétrole quand on roule ! Il y a 10/12 kg de mousse dans une voiture moyenne, et en sus d'avoir consommé une matière fossile, il a fallu user de l'énergie, et émettre des gaz à effet de serre pour produire cette mousse. Il serait alors habile de parvenir à produire de la mousse à partir d'une matière renouvelable, et qui demande moins d'énergie lors de sa production. C'est ce qu'a fait Lear Corporation, l'équipementier américain, qui fabrique pour Ford les sièges de la Mustang.

Ce n'est pas du bio à 100 %. La mousse totalement d'origine agricole ne répond pas au cahier des charges de Ford. La mousse retenue est un mélange d'environ un quart de polymères d'origine agricole, avec 3 quarts de polymères d'origine pétrolière. L'origine agricole est le soja, une plante dont la culture est très industrialisée par les farmers américains. Lear est un leader mondial dans l'exploitation de ces matériaux, et notons par ailleurs qu'il est aussi champion pour remplacer certains éléments en polyuréthane par d'autres en polypropylène beaucoup plus léger. Mais un nouveau débat va apparaître. A côté de celui entre culture énergétique et culture alimentaire, il va bientôt falloir composer aussi avec la culture des bio-matériaux. Seule chose de sûre, les paysans ont de l'avenir.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ford ; technologie ; biocarburant