Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Tesla Motors, premières grosses difficultés

Mar 21/10/2008   —   La situation se corse pour le constructeur de voitures électriques, il annonce ses premiers licenciements.
Tesla Motors est une entreprise moderne, et c'est par une voie très originale que le patron a annoncé ses premiers licenciements : le blog officiel de l'entreprise. Les nouvelles précises sont la fermeture du centre de R&D de Detroit, la nomination d'Elon Musk au poste de directeur exécutif (CEO), alors qu'il n'était auparavant que l'architecte produit (de par sa position de premier actionnaire), le report de la sortie d'un futur nouveau modèle, et enfin des licenciements, secs, mais sans qu'il en soit précisé le nombre, ni le nom des personnes sur le départ. Gageons que l'atmosphère doit être tendue dans l'entreprise, tant que la liste définitive n'aura pas été établie... Ensuite, parce qu'il faut un coupable, c'est la crise financière qui est montrée du doigt, mais comment y croire ?

L'entreprise Tesla Motors a bénéficié d'investissements de plus de 100 millions de dollars, une somme plus que suffisante pour développer une version électrique de la Lotus Elise, et elle a dit plusieurs fois, avoir enregistré plus de 1000 commandes pour ses roadsters à 100 000 $ pièce. Ce qui fait plus de 100 millions de dollars de commandes ! Comment expliquer que cela ne soit pas suffisant pour équilibrer les comptes ? Surtout que Tesla n'a pas eu à investir dans le moindre outil de production puisque la construction des autos est pour la plus grande part sous-traitée à Lotus. Tesla devrait déjà être une entreprise normalisée, plus une start-up, mais non, Tesla continue à perdre de l'argent tous les mois, et Elon Musk ne prévoit pas un flux de trésorerie positif avant au moins 6 mois, c'est beaucoup trop tard.

L'entreprise Tesla a été créée en juillet 2003. Nous ne savons si elle a grillée toutes ses cartouches, mais nous savons qu'elle a étouffée tous les espoirs que des banquiers ou investisseurs de capital-risque pouvaient porter en elle. Crise financière ou pas, une entreprise qui dans sa sixième année, continue à perdre de l'argent chaque mois a un business-plan qui ne vaut rien, et un banquier ajouterait facilement qu'elle ne vaut pas plus. Tout Tesla repose donc sur Elon Musk, sur sa volonté et ses moyens à atteindre ses très grandes ambitions. Ce n'est plus du tout un pari sur la voiture électrique (que d'autres vont lancer avec plus de succès), mais sur un homme.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; voiture-electrique ; industrie-production