Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le meilleur de l'Europe pour les américains

Ven 30/07/2010   —   Mais la clientèle du Ford Explorer saura t-elle apprécier ?
Ford Explorer
A priori, c'est le genre d'informations qui ne devrait pas venir sur ce site : un gros 4x4 américain est renouvelé. Il s'agit du Ford Explorer, un engin que Ford se garde bien de propsoer en Europe, mais le constructeur l'a pourtant doté d'une nouvelle motorisation étonnante pour un véhicule de ce type. Mais nous devons d'abord préciser que l'Explorer change complètement de définition. Il était un 4x4 traditionnel, soit avec une carrosserie boulonnée sur un chassis, et sa transmission à 4 roues motrices offrait la possibilité de débrayer le train avant, pour obtenir l'économie d'une simple propulsion. Il ne reste plus rien de cela, puisque ce nouvel Explorer adopte la traction avant, et une carrosserie autoporteuse. Le train arrière reste enclenchable par un bouton au tableau de bord, mais les capacités de franchissement ne vaudront plus grand chose.

Ford Explorer
C'est cependant logique, puisque 99 % des clients ne quittent jamais le goudron. Il y a ensuite un changement tout aussi important sous le capot, puisque le V8 disparait, et que le gros moteur est désormais un V6. Avec 3,5 litres et 290 ch, il a largement de quoi satisfaire un usage familial, et la grande surprise est dans le moteur disponible en option, qui exige un supplément par rapport à ce V6 de base. Ce moteur plus cher est un 4 cylindres de 2 litres. Le même qui est arrivé il y a peu sous le capots des monospaces S-Max, et qu'on trouvera aussi très bientôt dans la Mondeo. Très moderne, il s'agit d'un bloc EcoBoost, équipé d'une injection d'essence directe et d'un turbocompresseur. Délivrant une puissance de 237 ch et un couple maxi de 338 Nm, il devrait donner à l'Explorer des performances correctes, mais pas plus, du fait que l'engin accuse plus de 2 tonnes sur la bascule.

On imagine cependant que dans la circulation urbaine, où la clientèle du Ford Explorer passe une si grande partie de son temps de conduite, ce moteur 4 cylindres se révèlera considérablement plus sobre que l'ancien modèle qui possédait un V8. Mais tout le monde s'interroge : combien de clients américains accepteront-ils de payer le supplément pour ce petit moteur moderne ?

Ford Explorer


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ford ; essence-diesel