Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Pas de Ferrari électrique, mais pas pour les bonnes raisons

Dim 21/08/2011   —   Luca di Montezemolo a raison même s'il a tort.
Le moteur Zytek de la Morgan électriqueDans une interview à Engadget (en anglais), Luca di Montezemolo, le patron de Ferrari est interrogé sur l'arrivée éventuelle d'une Ferrari électrique. Sa réponse est sans ambiguïté : jamais ! Et il se justifie en expliquant qu'il ne croit pas à l'intérêt de la propulsion électrique, pour réduire la pollution ou les émissions de CO2, ni même préserver l'environnement de quelque manière que ce soit. S'il est vrai que la production d'électricité est extremement polluante dans de nombreux pays, comme la France avec ses centrales nucléaires, un tel aveuglement laisse pantois. M. di Montezemolo ignore t-il les restrictions de circulation draconiennes, qu'a instauré la ville de Milan ? Pour ameliorer une qualité d'air excécrable, la circulation des voitures électriques y est encouragée.

Pour autant, même les plus ardents défenseurs de la voiture électrique doivent reconnaitre que leur conduite est bien fade, par rapport à ce qu'offre une Ferrari. Le cliquetis de la pompe à essence avant le démarrage a disparu. Idem le bruit de succion des carburateurs, et le levier des vitesses qui sort tout droit d'une grille métallique aussi, mais il reste le bruit formidable de l'échappement.

Alors que la mise en route d'une voiture électrique est d'une tristesse à mourir, puisqu'il ne se passe rigoureusement rien quand on met le contact, c'est la fête quand on démarre une Ferrari. Il n'est que de voir les gens qui, ce mois-ci à Saint Tropez ou Cannes, s'arrêtent très gentiment pour laisser traverser les piétons, avant d'accélérer rageusement au démarrage, pour que tout le monde se retourne sur la Ferrari. Et celui qui la conduit. Qui voudrait d'une Ferrari qui ne ferait aucun bruit ?


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ferrari ; voiture-electrique ; essence-diesel