Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Toutes les Ferrari hybrides pour une mauvaise raison ?

Sam 12/11/2016   —   A l'horizon 2019.
FerrariIl faut commencer par rassurer les tifosi : il n'y aura jamais de Ferrari électrique. Tous les dirigeants de Ferrari l'ont affirmé de multiples fois. Parce que les clients de Ferrari achètent avant tout une mécanique, et une mécanique doit faire du bruit. Ou plutôt de la musique aux yeux des passionnés... L'idée d'une Ferrari hybride est plus séduisante, puisqu'elle permettrait d'augmenter les performances, et accessoirement de baisser la consommation, mais sans changer la nature des autos.

Il reste que Sergio Marchionne, le PDG de Ferrari, a surpris puisqu'il a indiqué que toutes les Ferrari seront hybrides à partir de 2019. Pourquoi toutes ? M. Marchionne n'a jamais témoigné de la moindre conviction écologiste. Quant aux clients Ferrari, ils ont d'autres moyens de montrer leur engagement pour l'environnement (compensation de leurs émissions de CO2, dons à des associations de protection de l'environnement...). Il faut aussi ajouter que les propriétaires de Ferrari ont tous plusieurs voitures, et qu'ils roulent très peu avec leur Ferrari. Une Ferrari hybride ne changerait pas grand chose pour la planète ou pour les clients, et ils ne le demandent pas.

La motivation est extérieure, elle est politique. Tous les constructeurs ne sont pas égaux vis-à-vis du droit. Il y a une barrière légale à 10 000 voitures par an. Selon que les constructeurs produisent plus ou moins, l'obligation européenne de réduire les émissions de CO2 n'est pas la même. Plus on produit, plus l'impératif de réduction des émissions est important. Et Ferrari est à la croisée des chemins, puisqu'il devrait vendre quelques 8000 voitures cette année. La marque au cheval cabré a donc le choix entre continuer à produire des autos très exclusives, sans beaucoup se préoccuper de leurs émissions, ou développer tout le potentiel de la marque, avec l'objectif de trouver bien plus de 10 000 clients chaque année. Mais le risque énorme est de dénaturer le produit, ou de le dévaluer avec des modèles moins exclusifs. C'est dire que si l'arrivée d'hybrides chez Ferrari réjouira quelques écologistes, les tifosi ne sont pas aussi enthousiastes...


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ferrari ; hautes-performances