Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube

Nouveau :

Telegram


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

20 années d'expériences pour vous informer.

Stellantis va t-il tuer l'ACEA parce qu'inefficace ?

Mar 14/06/2022   —   Une pierre angulaire qui saute.
Carlos Tavares lors d'une conférence de presse de l'ACEA au salon de Francfort en septembre 2019Le conseil de l'ordre des médecins, le barreau pour les avocats, les syndicats pour les ouvriers, pour à peu près tous les groupes de travailleurs, il y a un organe représentatif. Il en va de même pour les sociétés, et pour les constructeurs automobile, il y a l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles (ACEA). Elle regroupe tous les constructeurs automobiles d'Europe, ainsi que les étrangers qui y ont une présence significative, comme Toyota qui a des usines en France et en Pologne, ou Hyundai qui est établi en Tchéquie. L'ACEA a pour but de défendre les intérêts de la filière, et c'est un droit qu'on peut qualifier de désirable, tant cette industrie est importante. Elle représente des millions d'emplois, et des dizaines de milliards de recettes à l'exportation. Mais la semaine dernière, l'ACEA a perdu une bataille. Le parlement européen a voté l'interdiction de vente des voitures essence et diesel dès 2035.

C'est une bonne nouvelle pour beaucoup, mais on ne peut ignorer ces hommes qui aujourd'hui, fabriquent des tiges de soupapes, des pompes d'injection, des collecteurs d'échappement, des pistons, des arbres à cames, et toutes ces pièces qu'on ne retrouve pas dans une machine électrique. On dit poliment qu'il va y avoir des restructurations, il faut dire franchement que des milliers de gens vont se retrouver sur le carreau.

L'ACEA aurait-elle pu empêcher cela, c'est difficile à imaginer tant est grande la volonté de réduire la place des voitures essence et diesel dans les milieux dirigeants. Mais c'est un fait qu'à peine 3 jours après le vote du parlement européen, Stellantis, super poids lourd de l'industrie auto européenne, annonce son intention de quitter l'association à la fin de l'année. Stellantis qui est dirigé par Carlos Tavares, connu pour être un critique du tout électrique (illustration, M.Tavares lors d'une conférence de presse de l'ACEA, alors qu'il en était le président, en septembre 2019).

La question qui se pose maintenant est de savoir si l'ACEA peut continuer sans Stellantis. Avec Citroën, Fiat, Opel et Peugeot, l'ACEA perd 4 marques essentielles en Europe, et une part substantielle de sa représentativité. L'ACEA venait d'annoncer la nomination d'un nouveau dirigeant, Mme Sigrid de Vries, elle va avoir fort à faire pour conserver à l'association la place qu'elle avait acquise à Bruxelles. Ou Stellantis pourrait-il revenir sur sa décision ? Le constructeur annonce par ailleurs la création d'un Forum sur la liberté de mouvement, ce nouvel organe ne pourra pas remplacer l'ACEA avant longtemps, si tel est son objectif.


Laurent J. Masson




Rubrique(s) et mot(s)-clé : Peugeot ; industrie-production ; politique-transport_Europe