Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

L'Allemagne pourrait rejeter l'interdiction des essences et diesels de 2035

Mer 22/06/2022   —   Décision à venir.
6 cylindres BMW S54Avions-nous parlé trop vite ? Après le vote du parlement européen instituant une interdiction de vente des voitures essence et diesel à partir de 2035, nous avions cru qu'aucun état-membre n'oserait s'y opposer. Mercedes et Volkswagen avaient approuvé la décision, de même le ministre allemand de l'environnement. Mais si ce ministre est un écologiste, le gouvernement au pouvoir en Allemagne est issu d'une coaltion, et le ministre des finances, Christian Lindner, n'est pas issu du parti écologiste, et il vient de se prononcer contre cette interdiction. Cela au motif que dans des pays moins développés que l'Allemagne, il ne sera pas possible que toutes les autos passent à l'électrique en 2035. Il faut donc continuer à développer les technologies autour du moteur à combustion interne pour les marchés d'exportation extra-européens, et pour sécuriser ces investissements, il serait maladroit d'interdire ces technologies sur le marché intérieur...

Le raisonnement n'est pas dénué de sens, mais... On attend la décision du chef du gouvernement. S'il y a opposition entre 2 ministres, ce sera à lui de décider, et de gérer l'éventuel conflit interne qui s'en suivra. Mais déjà, cette opposition du ministre des finances de l'Allemagne signifie beaucoup, parce qu'il fallait oser être le premier à s'opposer à la décision du parlement. D'autres gouvernements d'autres pays pourraient déclarer la même opposition, ce qui pourrait entrainer un rejet du texte par le conseil de l'union européenne, qui imposerait au parlement une seconde lecture... La suite n'est pas pas encore écrite, on y verra surtout qu'en politique, rien n'est jamais acquis.


Laurent J. Masson

Notre illustration : un 6 cylindres BMW atmosphérique S54 d'une M3 E46 de 2001.



Rubrique(s) et mot(s)-clé : toutes-les-marques ; ecologie ; politique-transport_Europe