Profiter de tout
MoteurNature






MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.
15 ans d'expériences pour vous informer.

Toyota Yaris 1.5 VVT-i 110 ch - Essai détaillé - Où 4 cylindres sont mieux que 3

Toyota Yaris
Ses points forts

Consommation modérée
Agrément mécanique à l'ancienne
Rapport encombrement/habitabilité
Embrayage et vitesses à faible débattement
Ses points faibles

Comportement routier moyen
Ecran du GPS trop à droite
Moteur bruyant à haut régime

Historique et présentation

Toyota YarisEssai de 2 jours, 254 km parcourus.

C'est une vieille connaissance, puisque si elle vient d'être mise à jour, nous avions déjà essayé cette génération de la Yaris dans sa version hybride. Mais plutôt que de reprendre le volant de ce modèle, restylé mais finalement peu différent de celui que nous avions naguère essayé, nous avons été attiré par la nouveauté. Il y avait de quoi, puisqu'à l'heure du downsizing généralisé, où tous les constructeurs ne jurent plus que par les petits 3 cylindres suralimentés, Toyota a développé une mécanique qui se distingue, puisque c'est un 4 cylindres, sans le moindre turbo.

La technologie

Toyota YarisNous avons affaire à un 1500 cm3. Ce qui est un retour aux sources, puisque pour ceux qui se rappellent de la première Yaris, elle avait reçu en 2001 un 1497 cm3 de 106 ch à 6000 tr/mn, qui donnait 145 Nm de couple à 4400 tr/mn. Aujourd'hui 16 ans plus tard, nous trouvons un 1496 cm3 de 111 ch, à 6000 tr/mn, avec un couple de 136 Nm à 4400 tr/mn. Soit 4 % de puissance en plus et 6 % de couple en moins. Le progrès n'est donc visiblement pas dans ces chiffres. On remarque cependant de tout petits pistons, seulement 72,5 mm de diamètre, alors que la course est très, très longue, à 90,6 mm. A haut régime, la vitesse linéaire des pistons sera égale à celle d'une Ferrari !

Toyota YarisAutres caractéristiques intéressantes, un collecteur d'échappement refroidi par eau, une première chez Toyota, un système EGR qui réinjecte un maximum, un taux de compression hyper élevé de 13,5 à 1, et enfin le meilleur : un système de calage variable des soupapes VVT-iE, qui permet en une fraction de seconde de faire passer le moteur du cycle Otto, au cycle Atkinson. Et vice-versa. Le résultat est un rendement thermique de 38,5 %, ce qui constitue probablement un record du monde pour un groupe propulseur non hybride, ni diesel. On retiendra surtout que ce rendement est supérieur à celui de n'importe quel 3 cylindres turbo du marché. Autrement dit, avec ce nouveau moteur, Toyota prouve que le downsizing, mis en avant par tant d'autres constructeurs, n'est pas nécessairement la meilleure solution...

Intérieur et équipement

Toyota YarisToyota YarisA bord, pas de surprise. On retrouve la Yaris que nous connaissions. Soit avec l'écran du GPS un peu trop sur la droite, mais l'habitabilité est toujours aussi bonne. Pas trop large et un peu haute, la Yaris accueille facilement 4 adultes, et par rapport à une Clio ou d'autres modèles récents, cette auto jouit d'une visibilité arrière plus que correcte. La présentation a été rafraîchie, mais la Yaris reste une voiture sérieuse. Sobre. Peut-être trop. On est loin de l'audace stylistique d'une Citroën C3. Mais toutes les commandes sont bien accessibles, les cadrans bien lisibles, et la garniture de la portière permet le rangement d'une grande bouteille d'eau. Ce qui confirme les origines européennes de l'auto (on rappelle que la Yaris est fabriquée en France, mais tout le monde doit le savoir, tant Toyota a communiqué sur ce sujet). Chose à souligner enfin, puisque ce choix devient rare, la Yaris est livrable en 3 ou 5 portes.

Performances et tenue de route

Toyota YarisMoteur froid, le 4 cylindres démarre à un régime accéléré de 1300 tr/mn, avant de rapidement se stabiliser sous les 800 tr/mn, où il devient très peu bruyant, et avec nettement moins de vibrations qu'un 3 cylindres. La course à l'embrayage est ultra réduite, et les débattements du levier de vitesse sont très courts. Deux points positifs ! Nous débutons donc notre essai avec enthousiasme. Cet essai suit celui de la Peugeot 3008, que nous avions rendu le matin, pour prendre le volant de cette Yaris l'après-midi, et notre impression est que ce 4 cylindres , en roulant doucement (parce que nous commençons toujours nos essais en roulant doucement), est nettement plus agréable que le 3 cylindres turbo de la 3008, qui est creux à bas régime. Il se rattrape heureusement pour la Peugeot au-delà de 3000 tr/mn, mais pour celui qui aime une conduite placide, le 4 cylindres de cette Yaris est mieux adapté. Sur la route, avec la Yaris, on peut mettre la sixième dès 75 km/h. Ce 4-en-ligne est plein de bonne volonté, même s'il est clair qu'à la moindre côte, il ne faudra pas hésiter à rentrer un ou deux rapports. Ce moteur veut bien tourner rond, mais fournir de bonnes reprises est une autre histoire.


Toyota YarisA la réflexion, il est amusant de penser que ce moteur est tout nouveau, avec les derniers raffinements de la technologie pour sa distribution, parce qu'à mener, il rappelle le moteur d'une voiture ancienne. Il n'est pas très puissant, et autant il est doux au ralenti, autant il est bruyant dans les tours, mais sans turbo ni rien, la réponse à l'accélérateur est immédiate, et... On se sent en confiance. La reprise est naturelle. On comprend cette mécanique. L'amateur d'anciennes trouvera tout de suite ses marques, alors qu'on est parfois décontenancé avec certaines mécaniques suralimentées, où la puissance est en mode On/Off. Maintenant, si ce moteur est le plus puissant disponible sur la Yaris, cette voiture n'est absolument pas une sportive. Il est vrai que notre monture était chaussé de Bridgestone Ecopia EP25 qui n'arrangeaient rien, mais quand Toyota a développé une version sportive, GRMN, on s'attendait, on espérait, trouver un peu plus de caractère dans cette version 1500 111 ch. C'est un peu dommage. Car si Toyota sait faire des voitures passionnantes, comme le coupé GT86, on aimerait qu'il y ait aussi un zeste de sportivité dans les Toyota de grande série.

Consommation, efficacité énergétique

Toyota YarisEn roulant doucement sur une petite route, nous avons mesuré la consommation juste en dessous de la barre de 5 l/100 km, mais c'est la consommation moyenne pour tout notre essai qui nous a surpris. Seulement 5,7 l/100 km. Ce n'est pas plus qu'une Citroën C3 essence non turbo, alors que le 4 cylindres Toyota est très significativement plus agréable à mener, et aussi plus puissant. La C3 prend pourtant l'avantage, et nettement, par son confort et sa tenue de route, mais on peut écrire que Toyota a atteint l'objectif qu'il s'était fixé. Son 4 cylindres n'est pas plus gourmand qu'un 3 cylindres de cylindrée inférieure, alors qu'il offre plus. Et si les 3 cylindres turbo ont plus de puissance, ils sont aussi plus chers. On notera aussi qu'avec un réservoir de 42 litres, la Yaris a une autonomie bien supérieure à ce qu'on attend d'une citadine.

Conclusion

Toyota YarisCe 1500, c'est le moteur qui trouvera le moins de clients en France. Les gens prennent la Yaris avec le moteur de base, et ses 69 petits chevaux, ou ils s'orientent vers la version hybride. Le défaut en fait, est que moteur ou châssis n'ont absolument aucun caractère sportif. Parce qu'autrement, avec une boite 6 aux débattements courts, sur un parcours routier irrégulier, cette Yaris s'est révélé plus agréable que la version hybride, parfois énervante avec son système hybride qui fait mouliner le moteur sans donner l'impression d'avancer. Cette Yaris 1500 est un peu plus nerveuse que l'hybride, mais parce que son conducteur a un contrôle total de sa mécanique, elle procure plus de plaisir que l'hybride qui est certes formidablement agréable, mais uniquement en ville, en conduite douce.

Ce moteur 1500 ne demande qu'un supplément de 1150 € par rapport au 3 cylindres de base, c'est de l'argent bien dépensé.


Laurent J. Masson



Dernières actualités de l'écologie automobile :


17-11-2017 — Dallara Stradale : la première supercar écolo ? — Quand la performance rejoint la sobriété.

16-11-2017 — La première voiture turque sera hybride ou électrique — Face à la Zoé ou la Leaf ?

15-11-2017 — Tesla : l'urgence de devenir une entreprise normale — Tout n'est pas permis.

14-11-2017 — Petites électriques : le carré d'as du groupe PSA — C3 / DS3 / Corsa / 208.

13-11-2017 — Future VW Coccinelle électrique : pas pour tout de suite — Pas une priorité.

13-11-2017 — Chevrolet Corvette ZR1 : lancement à Dubaï et nulle part ailleurs — Une première pour les arabes.

12-11-2017 — Nouveau contrôle technique, le vrai progrès en 2019 — D'abord, plus de sûreté.

11-11-2017 — Autobus électrique : le Mercedes Citaro arrive — Tardivement.

10-11-2017 — Audi finance une nouvelle fois la production de biocarburants — En Suisse.

09-11-2017 — L'auto en 2030 : Bruxelles veut une réduction de 30 % des émissions de CO2 — Bien mais brouillon ?

08-11-2017 — Lamborghini Terzo Millenio : un concept électrique — Une nouvelle ère.

07-11-2017 — France : 2 Toyota sur 3 sont des hybrides — L'heure de la récolte.

07-11-2017 — L'énergéticien e.on annonce un réseau de bornes de recharge ultra rapides — Mad Max sera client.

06-11-2017 — PriuSRT8 : un massacre honteux mais impressionnant — Politiquement incorrect.

Rechercher sur ce site

Recherche personnalisée