Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

La série 5 de BMW encore plus efficiente

Mer 10/01/2007   —   C'est le restyling de mi-carrière pour la BMW série 5. Les modifications esthétiques sont mineures, mais elles sont accompagnées d'améliorations mécaniques plus consistantes.
Il y a des changements aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, mais il faut bien connaitre le modèle pour les remarquer. Les clignotants sont désormais blancs, la double grille BMW et le bas de caisse sont un peu modifiés, voilà pour l'avant, tandis qu'à l'arrière, ce sont les feux qui changent, pour adopter la technologie des LED. A l'intérieur, plusieurs petites améliorations, comme les garnitures de portières qui sont redessinées. Elles ont entrainé un repositionnement des boutons de lève-vitres, et les bacs de portières ont pu être agrandis. L'i-Drive a été une nouvelle fois amélioré pour être plus ergonomique, et la liste des options vient s'allonger avec un système d'affichage tête haute, pour projeter la vitesse de marche sur le pare-brise.

D'autres menus détails diffèrent, mais allons sous le capot maintenant, où tous les moteurs évoluent, ils gagnent des chevaux, mais demandent moins de carburant. Cela s'appelle le progrès, et son principal vecteur est l'injection directe haute précision, dont les piézo-injecteurs permettent un fonctionnement du moteur en mélange pauvre. Le plus impressionnant est le moteur de la 530i, qui offre en effet un couple au litre de 107 Nm, ce qui constitue probablement un record pour un moteur atmosphérique de série. En dépit de cette performance exceptionnelle, ses consommations restent pourtant incroyablement basses. Même pas un litre de plus que le diesel de la 535d en moyenne mixte (ville et route) normalisée, mais l'écart se creuse sur les parcours urbains, où le diesel conserve un avantage certain (9,2 contre 10,9 l/100 km). Mais quelque soit le carburant, ces valeurs sont ridicules pour des autos qui vont de 0 a 100 km/h en à peine 6 secondes, et qu'il faut brider pour qu'elles ne dépassent pas les 250 km/h.

Modèle Cylindrée Puissance Couple Vitesse maxi Accélération 0 à 100 km/h Consommation moyenne² Emission CO2
550i 4,8 l 367 ch 490 Nm 250 km/h* 5,2 s 10,9 l/100 km 260 g/km
540i 4,0 l 306 ch 390 Nm 250 km/h* 6,1 s 10,5 l/100 km 250 g/km
530i 3,0 l 272 ch 320 Nm 250 km/h* 6,3 s 7,7 l/100 km 182 g/km
525i 3,0 l 218 ch 270 Nm 248 km/h 7,1 s 7,4 l/100 km 176 g/km
523i 2,5 l 190 ch 235 Nm 237 km/h 8,2 s 7,3 l/100 km 174 g/km
535d 3,0 l 286 ch 580 Nm 250 km/h* 6,4 s 6,8 l/100 km 182 g/km
530d 3,0 l 235 ch 500 Nm 250 km/h* 6,8 s 6,4 l/100 km 170 g/km
525d 3,0 l 197 ch 400 Nm 237 km/h 7,8 s 6,2 l/100 km 165 g/km
520d 2,0 l 163 ch 340 Nm 223 km/h 8,6 s 5,9 l/100 km 158 g/km
* Limitée par bridage électronique.
² Moyenne officielle, cycle urbain et extra-urbain.

En marge de l'injection directe sur les moteurs essence, BMW a amélioré l'efficience de ces autos par : 1/ un système de pilotage intelligent de l'alternateur, qui évite de prendre la puissance du moteur, et ne charge la batterie que dans les phases de freinage ; 2/ un mécanisme d'embrayage de l'air conditionné, qui permet de désaccoupler le compresseur de climatisation quand il ne sert pas ; 3/ une pompe à eau électrique qui ne tourne que lorsqu'il le faut ; 4/ des volets d'alimentation en air pour le freinage et le moteur qui se ferment pour préserver l'aérodynamisme de l'auto quand un fort débit n'est pas nécessaire. Et plein d'autres petites choses encore, comme une gestion thermique améliorée du différentiel arrière, pour assurer une réduction plus rapide de la résistance au frottement quand la voiture est froide.

L'automobiliste soucieux de l'environnement pourra donc se faire plaisir, car même si le constructeur de Munich a bâti sa renommée sur la performance de ses autos, et nous signalons au passage que la M5 est désormais livrable en break (ci-dessus), il y a beaucoup de vertus écologiques dans n'importe quelle BMW de série.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : BMW ; essence-diesel