Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

La BMW série 1 multi-optimisée

Mer 17/01/2007   —   Elle n'a pas 3 ans, mais BMW restyle déjà sa série 1. Le constructeur munichois en profite pour ajouter une version 3 portes, et revoir tous ses moteurs 4 cylindres.
BMW a la réputation de faire des voitures sportives, mais avec sa carrosserie 5 portes, la série 1 ne pouvait pas convaincre les puristes. En attendant la 2 portes à coffre qui viendra ressusciter un type de carrosserie oublié (au second semestre), la berline 3 portes adopte un petit air de GTI pour plaire aux jeunes, mais reste une propulsion aux roues arrières pour plaire aux sportifs, et acquiert des mécaniques ultra efficientes pour plaire aux écologistes. Le 2 litres essence de la 120i passe de 150 à 170 ch ; le 2 litres turbo-diesel de la 120d passe de 163 à 177 ch. Mais pourtant, ces nouveaux moteurs sont plus sobres que ceux qu'ils remplacent.

C'est le moteur essence qui progresse le plus nettement, grâce à une injection directe de seconde génération, Haute Précision (HP) dans le jargon BMW. Sa force est dans l'emploi d'injecteurs piézo-électriques, qui envoient un jet d'essence, riche dans la zone juste devant la bougie, pour pouvoir s'enflammer facilement, mais pauvre tout autour, pour afficher une sobriété exemplaire. Et les émissions toxiques ne sont pas oubliées : cette injection ultra sophistiquée est accompagnée d'un catalyseur DeNOx. Cette technologie (HP + DeNOx) est utilisée sur les 118i et 120i, mais pas la 116i, pour aboutir à ce que cette dernière soit la plus gourmande, en dépit de sa cylindrée inférieure. Côté diesel, le filtre à particules (FAP) est désormais livré en série, et c'est par des améliorations apportées à la rampe commune d'injection, et au turbocompresseur à turbine à géométrie variable, que le moteur progresse.

  Puissance Couple Vitesse maxi Accélération
de 0 à 100 km/h
Consommation
moyenne mixte
CO2
116i 115 ch 150 Nm 200 km/h 10,8 secondes 7,5 l/100 km 181 g/km
118i 143 ch 190 Nm 210 km/h 8,7 secondes 5,9 l/100 km 140 g/km
120i 170 ch 210 Nm 224 km/h 7,7 secondes 6,4 l/100 km 152 g/km
130i 265 ch 315 Nm 250 km/h 6,0 secondes 8,3 l/100 km 197 g/km
118d 143 ch 300 Nm 210 km/h 8,9 secondes 4,7 l/100 km 123 g/km
120d 177 ch 350 Nm 228 km/h 7,5 secondes 4,9 l/100 km 129 g/km
Les performances et consommations (mixte : urbaine + extra-urbaine) sont celles des versions 3 portes, sauf pour la 116i, qui n'existe qu'en 5 portes. La 3 portes est très, très légèrement plus performante que la 5 portes.

BMW n'avait jamais fait une auto aussi sobre. 4,1 l/100 km en circuit extra-urbain pour la 120d ! C'est du jamais vu pour ce niveau de performances. C'est moins qu'une Prius, qui est annoncée à 4,2 l/100 km en cycle extra-urbain (consommations en cycle urbain, Prius ; 118d ; 120d : 5,0 ; 5,7 ; 6,2 l/100 km). Les chiffres officiels de consommation sont bien sûr toujours à prendre avec des pincettes, mais la manière de mesurer est identique pour toutes les autos, et il faut être cycliste pour ne pas être impressionné par ces chiffres. Mais ils ne sont pas le seul fruit de l'excellence du moteur. Car les série 1 sont désormais dotées du système BMW de pilotage intelligent de l'alternateur, qui est une sorte de récupération de l'énergie au freinage. C'est en effet uniquement dans les phases de freinage (sauf si la batterie est déchargée) que l'alternateur fonctionne. Et dans les accélérations, il est désaccouplé, pour laisser au conducteur toute la puissance de son moteur. Autre source de gain, un système Auto Start Stop vient couper le moteur automatiquement quand la voiture est à l'arrêt. Il repart tout aussi automatiquement, en une fraction de seconde, dés que le conducteur actionne l'embrayage. Avec de nombreuses autres petites améliorations, comme la pompe à eau électrique qui ne tourne que lorsqu'il le faut, la nouvelle série 1 s'affirme comme une championne de l'économie, mais... Sans que ses vertus de sportive ne soient remises en cause !

Rubrique(s) et mot(s)-clé : BMW ; essence-diesel