Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Ecologie : Ferrari préoccupé, et actif

Jeu 10/07/2008   —   Ferrari représente le rêve pour beaucoup, mais en ces temps de réchauffement planétaire, il faut éviter que le rêve ne tourne au cauchemar.
Ferrari a aujourd'hui 3 modèles à son catalogue. La F430 qui rejette 420 g/km de CO2, la 612 GT Scaglietti qui en rejette 475, et le haut de gamme est la F599 GTB Fiorano, qui ne rejette pas moins de 490 g/km de CO2. Des rejets énormes. Mais... Même en étant écologiste, il est difficile de ne céder à leurs charmes. Ou de se dire qu'une voiture n'est qu'un moyen d'aller d'un point à un autre, et qu'une Smart diesel qui ne rejette que 88 g/km de CO2 est aussi bien. Le nouveau roadster California (ci-dessous) sera un peu meilleur, mais Luca di Montezemolo, le patron de Ferrari (ci-contre) voit plus loin. Il sait que les choses ne pourront continuer comme elles sont. C'est dans une interview au quotidien allemand Die Welt qu'il s'est exprimé, il y fixe un objectif de réduction des émissions de CO2 de 40 % d'ici 2012. Ce que nous chiffrons approximativement, en partant d'une moyenne qui est aujourd'hui à 460 g/km, et qui passerait aux alentours de 275 g/km dans 4 ans.

Des progrès viendront d'améliorations apportées aux modèles existants, mais pour progresser encore, M. di Montezemolo écarte l'idée d'une Ferrari électrique, ou hybride (dans le style des hybrides de Toyota). Sauf si le sport auto adoptait ces technologies. Parce qu'il est essentiel qu'une Ferrari soit au top de la technologie, celle employée par le sport auto à son plus haut niveau. C'est pour cela qu'il retient malgré tout une forme bien particulière d'hybridation, celle qui sera utilisée en Formule 1 l'année prochaine. Il s'agit du système KERS (Kinetic Energy Recovery Systems), plus léger, plus rapide, et beaucoup plus efficace que les hybrides routiers du marché pour des applications sportives. Une Ferrari de route pourrait en être équipé à l'horizon 2015, M. di Montezemolo ne s'engage que sur une seule chose, ce sera une vraie Ferrari. Soit une voiture super performante qui fera rêver les petits garçons (les grands aussi), et c'est bien ce qu'on attend d'une Ferrari en premier lieu.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ferrari ; voiture-hybride ; hautes-performances