Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Les suites de l'hybride rechargeable F3DM de BYD

Ven 19/12/2008   —   Le constructeur chinois a annoncé la production en série d'une voiture hybride rechargeable.

Renault avait naguère fabriqué quelques Kangoo Elect'Road. C'était un véritable hybride rechargeable. C'est-à-dire un Kangoo électrique sur lequel on avait greffé un petit moteur Lombardini entrainant 2 générateurs pour permettre de recharger en route. L'idée était bonne, mais la réalisation était très éloignée du raffinement des hybrides japonais, et les performances étaient médiocres. Le projet fut rapidement abandonné. Ce que le monde entier attend est la Chevrolet Volt ! Soit la même idée, mais réalisée avec le plus grand soin, en exploitant tout le meilleur de la technologie, sous une carrosserie moderne et attrayante. Mais 2 ans avant la Volt, voici une voiture chinoise, la BYD F3DM, lancée par son constructeur avec le titre enviable de première voiture hybride rechargeable produite en série régulière. Plus fort, son prix : 149 800 yuans. Soit environ 15 600 euros. Il faut préciser que c'est le tarif de la voiture complète, batteries incluses, et pour une auto de 4,53 m de long et large d'1,70 m. L'Europe doit-elle s'affoler ? Nos constructeurs doivent-ils s'arracher les cheveux devant ce mariage détonnant d'un prix écrasé avec une technologie d'avant-garde ? Nous ne le pensons pas. Du moins, pas encore. BYD est pour le moment un fabricant de voitures low-cost. Le modèle F3 est commercialisé dans une version 1800 essence qui est vendue en Chine juste en dessous de 100 000 yuans, soit dans les 10 000 euros. C'est une concurrente de la Logan plutôt que de la Megane. Pour nous être assis dans un prototype de la version hybride, nous avons pu constater que les personnes qui font le contrôle qualité chez BYD n'ont pas été débauchées chez Audi (le cliché du bas montre derrière le volant). On peut aussi s'interroger sur son respect des normes environnementales, et de sécurité.

Pour ce qui est des performances, la BYD F3DM est incapable d'atteindre les 160 km/h, et il lui faut plus de 10 s pour accélérer de 0 à 100 km/h. Son moteur essence fait 67 ch, son moteur électrique idem, et l'auto fait 1600 kg, il ne peut y avoir de miracle. Le moteur essence est un 3 cylindres qui ressemble à celui de la Toyota Aygo, l'électrique et la transmission hybride seraient 100 % développés par BYD. En fonctionnement hybride, la consommation serait inférieure à 6 l/100 km, cela n'a rien de transcendant. Le grand atout est ailleurs : dans la faculté de se mettre en mode électrique. Avec une batterie de 230 kg d'une capacité de 60 Ah à la tension de 330 V, l'autonomie serait de 100 km. Cette batterie, ferreuse, une technologie qu'on n'avait quasiment plus vue depuis un demi-siècle suscite beaucoup d'interrogations, mais si BYD n'a aucune renommée en tant que constructeur automobile, il est un fabricant de batteries réputé. On est donc enclin à croire à son discours sur la durabilité. Mais on remarque qu'il se donne 2 ans avant d'envisager d'exporter sa technologie. Il ne faut en effet pas compter pouvoir trouver une BYD aux Etats-Unis ou en Europe avant 2011, sinon de manière statique sur un salon. Et quand l'auto sera disponible, on parie déjà qu'une Prius sera 10 fois plus agréable à conduire, idem une Volkswagen Golf diesel. Quoique sans l'avantage qualitatif, déterminant, de l'hybride rechargeable. Mais ce qui est réellement inquiétant pour l'industrie européenne, est que BYD n'a pas besoin de l'Europe. Le marché chinois est énorme, et il ne connait pas la même récession qu'ici. BYD peut très bien réussir sur son propre marché, y faire mûrir sa technologie, et faire des bénéfices pour progresser et se renforcer. Alors cette BYD F3DM n'est probablement encore qu'un coup de semonce, mais il faut craindre les modèles suivants, plus chers mais totalement pensés pour l'exportation. Parce qu'avec la carte de l'hydride rechargeable, les chinois ont un argument commercial formidable.

Laurent J. Masson



Rubrique(s) et mot(s)-clé : voitures-chinoises ; voitures-hybrides-rechargeables