Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

555 ch dans le BMW X6M : qui en a besoin ?

Lun 06/04/2009   —   Le constructeur de Munich lance des versions ultra performantes de ses X5 et X6.

On apprécie d'habitude BMW pour ses efforts en matière de réduction des émissions de CO2, par son programme Efficient Dynamics ou son engagement pour l'hydrogène, mais voici 2 nouveaux modèles pour lesquels nous sommes bien en peine de trouver la moindre vertu écologique. Les BMX X5 (gros break 4x4) et X6 (sa variante sportive avec une ligne de toit fuyante) à la base déjà, sont des engins fort peu écologiques. Ils accusent plus de 2 tonnes à vide, et rejettent plus de 200 g/km de CO2. Mais BMW a eu une idée stupide : faire le 4x4 le plus puissant du monde. Il y avait déjà le Mercedes M63 AMG de 525 ch, le Porsche Cayenne Turbo S de 550 ch, mais il fallait faire plus, les nouveaux X5M et X6M avec moteur Twin Turbo Twin Scroll disposent donc de 555 ch !

Leur moteur est un V8 de 4.4 litres, qui avec beaucoup d'habileté intègre ses 2 turbocompresseurs, ainsi que ses catalyseurs dans l'angle du V. On devrait ainsi éviter tout temps de réponse du turbo, avec des catalyseurs très rapidement à la leur bonne température de fonctionnement. Avec une injection directe, un collecteur d'échappement unique pour les 2 rangées de cylindres, et une gestion électronique dernier cri, la courbe de couple est une droite, à la valeur de 680 Nm, constante entre 1500 et 5650 tr/mn.

Le chassis est évidemment hyper affuté comme on l'attend d'une BMW siglé M. Piloté par électronique, l'engin doit probablement prendre les virages avec une aisance inouïe pour une bête de 2380 kg. Mais c'est assurément au prix de la vocation initiale de ce type de véhicule. Les pneumatiques retenus par BMW, des runflat en 275/40 R20 à l'avant et 315/35 R20 à l'arrière, ont d'ailleurs comme première caractéristique de n'aimer ni la terre, ni le sable, ni les cailloux... Il ne faut rouler que sur du goudron, et cela requérera en moyenne 13.9 l/100 km, pour rejeter 325 g/km de CO2. Et de s'interroger sur le vent de folie qui poussé les ingénieurs allemands à développer pareille monstruosité, aussi peu en rapport avec l'époque ? Mais il n'est pas nécessaire de chercher longtemps, c'est l'appât du gain ! Car tout aussi démesuré qu'il soit, il y a une clientèle pour ce genre d'engin, pour ce nouveau 4x4 plus puissant que tous les autres...

Rubrique(s) et mot(s)-clé : BMW ; hautes-performances